Festival de Glyndebourne 2014
Du 17 mai 2014 au 24 août 2014

Xl_glyndebourne

Niché au cœur du Sussex, à une quinzaine de kilomètres de la très chic station balnéaire de Brighton, le Domaine de Glyndebourne est le lieu incontournable des amateurs d'art lyrique en Angleterre, et, de fait, l'un des festivals d'opéra parmi les plus prestigieux au monde. Créé par John Christie (pour sa femme chanteuse d’opéra) en 1934, le Festival de Glyndebourne fêtera ses 80 ans cette année 2014, tandis que les héritiers perpétuent l’esprit d’excellence voulu par leur ancêtre dont la devise était : « Not just the best we can do, but the best that can be done anywhere ! » (Pas seulement le meilleur que nous puissions faire, mais le meilleur qui puisse être fait !). Glyndebourne, c'est aussi les fameux piques-niques, en robes du soir et smokings, sur les verts pâturages du domaine. Une longue pause, aussi traditionnellement que précisémént prévue entre 19h35 et 20h55, permet ainsi aux spectateurs d'allier les plaisirs du palais à celui de la musique !

Cette année 2014, du 17 mai au 24 août, six productions seront présentées, dont trois nouvelles. Et c'est comme l'an passé un ouvrage de Richard Strauss qui ouvrira le bal : Der Rosenkavalier. Il sera mis en scène par Richard Jones, et dirigé par le nouveau directeur musical de la manifestation lyrique, le chef britannique Robin Ticciati, à la tête du London Philharmonic Orchestra. Grande habituée des lieux, Kate Royal fera ses débuts dans le rôle de la Maréchale, tandis que Teodora Georghiu fera les siens dans celui de Sophie, et qu'Octavian sera incarnée par la mezzo irlandaise Tarra Erraught.

Datant de 1994, reprise en 2008, c'est une production d'Eugène Onéguine signée par Graham Vick qui suivra, avec une distribution essentiellement slave : Ekaterina Scherbachenko dans le rôle de Tatiana et Andrei Bondarenko en Onéguine seront réunis sous la battue du chef israélien Omer Meir Wellber.

Car Glyndebourne ne serait pas Glyndebourne sans Mozart – à l'instar du Festival d'Aix-en-Provence –, deux ouvrages du génie salzbourgeois seront ensuite proposés : Don Giovanni et La Finta giardinera. Le Premier est une reprise de 2010, dans une mise en scène de Jonathan Kent, réunissant le baryton canadien Elliot Madore dans le rôle-titre, Ben Jonhson en Ottavio, le baryton français Edwin Crossley-Mercer en Leporello, Leyla Claire en Donna Anna ou encore la soprano italienne Serena Farnocchia en Donna Elvira. Le second est une nouvelle production confiée à Frederic Wake-Walker qui verra le retour de trois chanteurs déjà présents dans l'édition 2013 du Festival : Christiane Karg (qui était Aricie dans Hippolyte et Aricie), Joélle Harvey (qui était Adina dans L'Elisir d'amore), et Wolfgang Ablinger-Sperrhacke (qui était le Maître à danser dans Ariadne auf Naxos). Ticciati sera à la tête de l'excellent Orchestra of the Age of Enlightenment.

La troisième nouvelle production sera une Traviata dirigée par un spécialiste de ce répertoire, Sir Mark Elder, et sera confiée aux bons soins du metteur en scène irlandais Tom Cairns. Récemment révélé à l'Opéra de Paris dans Lucia di Lamermoor, le ténor américain Michael Fabiano chantera Alfredo face à la Violetta Valéry de Venera Gimadevia, tandis que le magnifique baryton grec Tassis Cristoyannis incarnera Germont.

Enfin, Haendel clôturera le Festival avec une reprise de Rinaldo, dans la très acclammée production de Robert Carsen, qui réunira quatre des meilleurs contre-ténors du moment : Iestyn Davis (Rinaldo), Tim Mead (Eustazio), Anthony Roth Costanzo (Eustazio) et James Laing (Le Magicien). La distribution sera complétée par la présence de la meilleure soprano haendélienne de notre temps, la canadienne Karina Gauvin, dans le rôle d'Armida, et celle du baryton britannique Joshua Hopkins, qui tiendra la partie d'Argante, et tous seront dirigés par l'excellent chef italien Ottavio Dantone.

Le Festival de Glyndebourne : du 17 mai au 24 août

Informations pratiques disponibles sur le site officiel

En savoir plus

Commentaires

Loading