La Monnaie dévoile la première partie d’Is this the end? : un voyage de l’enfermement

Xl_is_this_the_end_laboratoire

On connaît l’utilisation de l’opéra au cinéma pour associer de nouvelles images aux œuvres lyriques (par exemple, cette scène de Mission: Impossible – Rogue Nation, dans laquelle Tom Cruise affronte des tireurs d’élite depuis les cintres à la Wiener Staatsoper pendant une représentation de Turandot), ou la relocalisation de l’opéra hors de son fief dans un processus de création renouvelé (le fascinant Fosse, collaboration de l’Opéra Comique et du Centre Pompidou, dans l’univers de l’artiste Christian Boltanski). La Monnaie de Bruxelles prend (comme souvent) une longueur d’avance avec Is this the end?, pop-requiem en trois parties annoncé fin mai, dont le premier tronçon Dead little girl était proposé en ligne ce week-end, au tarif unique de 10€. Il ne s’agissait pas d’un streaming de plus au milieu d’une offre généralisée depuis mars, mais d’un vrai format inédit au croisement entre les arts vidéo et musical.

Une adolescente, un homme et une femme se croisent dans l’enceinte du Théâtre. Ils sont morts et ne le savent pas encore. Entre des êtres masqués et costumés de rouge, des couloirs sans issue et un dédale psychologique en conscience intermédiaire, ils découvrent la nature de leur état. La bonne nouvelle, c’est que le résultat ne ressemble à rien de connu. Du « théâtre pour l’écran », pour reprendre les mots de la metteure en scène Ingrid von Wantoch Rekowski. Un chœur mixte à six voix, trois solistes et un ensemble de 18 instrumentistes interprètent en direct la musique de Jean-Luc Fafchamps et l’excellent livret d’Éric Brucher sur la scène bruxelloise vide de public, servant d’appui à de très élégantes et émouvantes images tournées au préalable par Jean Claude Wouters. Comme dans un clip, l’esthétique léchée de l’univers inventé est montée en alternance avec les prises de vue des « faiseurs » de musique. Si les origines du projet remontent à trois ans en arrière, sa concrétisation a eu lieu en un temps record. L’actualité teintée de COVID-19 imprègne forcément Dead little girl sans pour autant en constituer la colonne vertébrale. L’Adolescente explore le labyrinthe des coulisses de la Monnaie, fait des rencontres de film d’horreur ou de thriller paranoïaque, suit la lumière, guidée par les voix omniscientes du chœur (remarquablement préparé par Alberto Moro). L’univers fantasmagorique – une franche réussite – entre en collision avec la réalité du théâtre fantomatique. La partition passe d’un genre à l’autre avec dextérité, du contrepoint injecté de sonorités rock aux jeux de timbres et d’associations instrumentales, en passant par les pastiches opératiques. Dans tous les cas, la partition exprime aisément l’étau qui se resserre autour des trois personnages, à travers des complaintes d’aujourd’hui. Cependant, cette forme d’art total, au combien novatrice, l’est peut-être un peu trop, dans le sens où le public qu’elle peut attirer appartient à une niche ni trop réfractaire au changement à l’opéra, ni étrangère à la musique contemporaine. Le dernier tiers du spectacle souffre en outre d’une absence d’images filmées et d’un ralentissement de l’action qui rendent compliquée la conversion du spectateur passager en adhérent fidèle, ou du spectateur éclectique (qu’on est personnellement) en spectateur conquis.

Ce smoothie bowl musical a au moins le mérite de détourner du vain débat sur la nature profonde de l’opéra (le texte, la musique instrumentale, le chant ou le théâtre), vu qu’il en propose plusieurs dimensions supplémentaires. Et les tessitures de voix trouvent un assortiment bien assaisonné. La soprano Sarah Defrise, pour qui Péter Eötvös a écrit son prochain opéra Sleepless (théoriquement créé à la Staatsoper Unter den Linden à l’automne 2021), rayonne en Adolescente, génératrice de saveurs auditives multiples : colère, rancœur, incompréhension, intensité ou vérité, elle sait tout relayer. La mélancolie enfantine et hypnotique, douce comme les rêves, du chanteur pop folk LYLAC (Amaury Massion) ne manque pas d’arguments, en sus des textures délicieusement inflammables de la mezzo-soprano Albane Carrère. Les représentants de l’Orchestre symphonique de la Monnaie partagent l’oppression et la menace de la foisonnante composition aux instrumentations audacieuses de Jean-Luc Fafchamps, sous la baguette d’Ouri Bronchti. Initialement confiée à Patrick Davin (brutalement disparu il y a quelques jours), la direction musicale de ce projet halluciné a pu voir le jour grâce à un travail qu’on imagine semé d’embûches, étant donné les circonstances sanitaires. Cette création mondiale, dressant un portrait-robot lyrique jusqu’alors inconnu, rend hommage à ce chef qui aura fait de la musique contemporaine un outil de l’accessibilité à l’opéra.

Thibault Vicq
(lamonnaie.be, 12 septembre 2020)

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading