Un géant de la baguette : Michel Plasson dirige Thaïs à Tours

Xl_tha_s___tours

Depuis longtemps célèbre par sa Méditation, Thaïs n’est pas pour autant l’œuvre la plus jouée de Jules Massenet, notamment par rapport à Manon ou Werther, ses deux ouvrages les plus souvent montés à la scène. Cela peut s’expliquer par le sujet même de cette « comédie lyrique », où l’eau de bénitier et les alcools les plus capiteux constituent un cocktail d’un autre âge. Le rôle même de la courtisane qui choisit le dur chemin du ciel, tout comme celui de son rédempteur qui découvre à ses dépens que le diable s’est aussi fait femme, exigent deux vrais tempéraments et deux grandes voix, brûlantes, dramatiques, à tous égards savantes. Ajoutons que, comme toujours avec Massenet, le travail de l’orchestre doit jouer sur les séductions les plus variées et que l’équilibre de l’ouvrage repose sur l‘ensemble des rôles, si mineurs soient-ils.

Importée de l’Opéra de Monte-Carlo, où nous avons pu voir le spectacle il y a exactement un an, la production régale à nouveau l’œil par son élégance et son raffinement, une mise en scène imaginée par Jean-Louis Grinda avec le concours de son fils Gabriel pour les nombreuses (et superbes) projections vidéo, de Jorge Jara pour les costumes, et du fidèle Laurent Castaingt pour les décors et les éclairages. Et si nous avions passé sous silence la principale idée de mise en scène de l’homme de théâtre monégasque lors de notre première recension, nous l’évoquerons cette fois dans la seconde. Partant d'une des phrases du livret (de Louis Gallet) « La Thaïs infernale est morte », Grinda met en images cette mort - en principe toute symbolique - en faisant étrangler Thaïs par Athanaël, alors que résonne la célèbre Méditation. Tandis que le cadavre de l’ancienne Thaïs, la prostituée, restera au sol à la fin du I et pendant les deux actes suivants, la nouvelle Thaïs (qui cache désormais sa longue chevelure blonde sous un voile) évolue alors vers son nouveau destin de Sainte (et martyre).

La jeune soprano française Chloé Chaume, dont les moyens vocaux se sont considérablement élargis depuis la dernière fois que nous l’avons entendue, donne d’emblée à sa Thaïs une fragilité et une fraîcheur que sa collègue Marina Rebeka ne possédait pas exactement à Monaco, alors que le personnage les appelle pourtant. Pécheresse ou repentie, elle compose une héroïne aussi riche qu’attachante, avec un physique de rêve (sa longue chevelure d’or !) qui convient idéalement au personnage. Si le registre grave lui échappe encore, son timbre brillant, son émission facile, ses aigus aussi justes que sonores ravissent également l’oreille, et elle fait fi des contre- de son grand air « Dis-moi que je suis belle » au I.

De son côté, André Heyboer brosse un fort convaincant portrait du moine Athanaël, unissant qualités du timbre, puissance vocale, maîtrise stylistique et soin apporté à la prononciation. Mais il sait surtout apporter à son personnage ce brin de démesure (voire de folie) qu’il exige, pour être pleinement convaincant. Le rôle de Nicias, ici confié à Kevin Amiel, n’est pas propice à de grands envols mais le ténor toulousain sait lui donner de l’élégance et l’entrain d’un viveur de haut vol. A leurs côtés, d’excellentes Albine (Hagar Sharvit), Crobyle et Myrtale (Anaïs Frager et Valentine Lemercier), et Charmeuse de serpent (Jennifer Courcier) complètent le plateau. On sera cependant un peu plus réservé sur le Palémon de Philippe Kahn, dont la voix bouge désormais plus que de raison.

Mais le plus grand bonheur de la soirée est bien évidemment la direction de l’immense chef français Michel Plasson (88 ans !), le plus grand spécialiste au monde de la musique française – ses enregistrements des versions de référence de Faust, Werther ou Manon en attestent ! Car en maintenant de bout en bout (malgré un épuisement final bien légitime à son âge…) un équilibre entre les séductions contraires qui animent cette musique, il redonne à la partition du compositeur stéphanois son visage le plus juste. Exotisme et spiritualité, grand spectacle et intimisme, ivresse et amertume, science et intuition : tout est parfaitement en place pour faire de cette exécution l’une des meilleures que l’on ait entendue pour cet ouvrage, dans lequel Massenet a su marier si habilement ses génies et ses démons...

Emmanuel Andrieu

Thaïs de Massenet à l’Opéra de Tours, jusqu’au 25 janvier 2022

Crédit photographique © Marie Pétry

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading