Vers une reprise des manifestations culturelles dès fin mai en Autriche

Xl_reprise-dactivites-culturelles-autriche-fin-mai

Après plusieurs semaines de confinement visant à endiguer la pandémie de Covid-19, plusieurs pays européens (et au-delà) préparent maintenant une reprise d’activité progressive. Le monde de la culture fait évidemment partie de ces secteurs soucieux de se relancer rapidement, mais la reprise d’activité s’organise plus ou moins aisément. En Autriche, le processus connait quelques heurts.
Très critiquée pour sa gestion de la crise sanitaire, Ulrike Lunacek (la secrétaire d’Etat en charge de la culture et des arts en Autriche) remettait ce matin sa démission au gouvernement autrichien, estimant ne plus être en capacité de mener sa mission à bien – considérant notamment que sa personne était davantage jugée que son action. Le secteur culturel autrichien lui reprochait notamment sa méconnaissance du milieu des arts et de la culture (Ulrike Lunacek a notamment fait ses armes politiques au parlement européen, entre autres au sein des commissions en charge des affaires étrangères et du droit des femmes), et de ne pas avoir pris la juste mesure de l’urgence de la situation du secteur culturel autrichien.

Dans ce contexte très particulier, le vice-chancelier autrichien Werner Kogler et le ministre de la santé Rudolf Anschober présentaient aujourd’hui leur plan de sortie de confinement pour le secteur culturel et artistique autrichien.

On en retient notamment que dès le 29 mai, les événements susceptibles d’accueillir moins de 100 personnes devraient être de nouveau autorisés, que ce soit en extérieur ou à l’intérieur de salles de spectacles. À partir du 1er juillet, cette jauge pourrait être élevée à 250 personnes (permettant, selon Rudolf Anschober, de rouvrir également les salles de cinéma en Autriche). Le 1er août, les événements culturels pourraient accueillir jusqu’à 500 spectateurs – voire jusqu’à un millier de spectateurs dans des conditions sanitaires spécifiquement étudiées. Dans tous les cas, les organisateurs d’événements devront garantir une distance minimale d’un mètre entre les spectateurs.

On évoquait récemment les propos de Carlo Fuortes, à la tête de l’Opéra de Rome, considérant que les contraintes sanitaires actuelles pouvaient aussi apparaitre comme une nouvelle forme de défis créatifs pour le monde de la culture, de sorte de transformer les difficultés en opportunités. Si on comprend que la démission d'Ulrike Lunacek trouve manifestement sa source dans son refus d'assumer ce plan autrichien de sortie de confinement (elle militait iniitalement pour une reprise d'activité bien plus progressive, à partir d'août), gageons que les organisateurs d’événements culturels autrichiens sauront eux aussi se montrer créatifs pour de nouveaux accueillir le public dans les meilleures conditions sanitaires – à commencer par les organisateurs des festivals lyriques estivaux.

| Imprimer

Commentaires

Loading