Verismo, le prochain album d'Anna Netrebko

Xl_netrebkoverismo1

Les interprètes classiques pouvant vendre des disques sur leur seul nom ne sont pas légion, mais Anna Netrebko en fait incontestablement partie.
Son nouvel album, Verismo, produit par Deutsche Grammophon, sortira dans les bacs le 2 septembre prochain et s’annonce déjà comme un événement – au moins commercial. Après son album intitulé Verdi, sorti en 2013 et consacré au compositeur italien, Verismo entend rendre hommage au vérisme, ce courant musical qui puise son origine dans la littérature italienne de la fin du XIXème siècle et s’inspire des drames réalistes de l’époque (et non plus des classiques de la mythologie ou d’un imaginaire exotique).

Dirigé par Antonio Pappano en personne, à la tête des musiciens de l'Orchestra dell"Accademia Naziole di Santa Cecilia, Verismo réunit ainsi des arias et duos de quelques-unes des œuvres emblématiques du vérisme, que ce soit Pagliacci (Nedda), Andrea Chénier (elle indiquait récemment préparer le rôle de Maddalena) ou Mefistofele (Margherita), mais définit également le genre de façon extensive pour y inclure Manon Lescaut (qui occupe une place prépondérante sur l’album, puisqu’Anna Netrebko y interprète l’intégralité du dernier acte aux côtés du ténor Yusif Eyvazov, son époux, dans le rôle de Des Grieux), Adriana Lecouvreur ou encore deux airs de Turandot (Signore, ascolta, de Liù, et In questa reggia appartenant au rôle-titre) qu’Anna Netrebko dit « rêver d’interpréter sur scène » : « et un jour, je le ferai, quand bien même c’est un rôle très difficile... rappelez-vous que j’aime relever les défis les plus complexes ».

Après avoir endossé nombre de rôles exigeants, de Leonora dans le Trouvère (l’un de ses rôles préférés aujourd’hui, dit-elle), Giovanna d'Arco (à la Scala) ou de Lady Macbeth (au Metropolitan de New York), Anna Netrebko entend explorer de nouveaux rôles, plus sombres, qui ont vocation à enrichir son répertoire, incluant donc les grandes héroïnes pucciniennes réunies sur ce nouvel opus. Et en attendant d’entendre la soprano sur scène dans le rôle de la princesse chinoise, la cantatrice explique aussi la sélection d’arias de Verismo par son souci de « vérité dans l’interprétation » et de « fidélité au texte musical ». « Je pense avoir la voix, la connaissance et l'intuition nécessaires à ces rôles. J'ai pu mettre à contribution toutes ces choses et j'ai travaillé très, très dur pour essayer de comprendre le vérisme et le dépeindre avec un vrai sens de vérité ».

En guise d'avant-goût, Anna Netrebko a déjà chanté Manon Lescaut en version concert au Festival de Salzbourg de cet été, et poursuit ce teasing en compagnie de son mari ce 28 août à la Laeiszhalle de Hambourg et ce 1er septembre à la Philharmonie de Cologne pour deux concerts de gala. Et dans la foulée, elle fêtera ses 45 ans avec quelques jours d'avance le 12 septembre prochain (en réalité le 18), notamment sur France Musique qui lui dédie une journée complète, entre interview et extraits de son disque.
Enfin, quant à l'extravagante pochette de son album qui n'aura pas manqué de surprendre les lyricomanes, Anna Netrebko affirme dans la vidéo de son making-of « aimer les choses folles... Je suis folle [...] Je chante un répertoire fou et voulais une couverture spectaculaire... ».

 

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading