Un possible retour vers une jauge à 100%

Xl_mjaymda4n2qxmwuxnzg4zmfhzwy0ntmznjq2mtdhodgxmjc1yzy

Ce mercredi matin, Roselyne Bachelot, récemment nommée Ministre de la Culture, recevait les représentants de trois principaux syndicats du spectacle vivant, le Syndicat National du Théâtre privé (SNTP), le syndicat des Producteurs, diffuseurs, salles de spectacle musical et de Variétés (Prodiss) et le syndicat des Cabarets, Music-halls et Lieux de Création (Camulc). Une entrevue qui faisait suite aux inquiétudes croissantes du monde culturel – pour mémoire, début août, le ministère de la Culture évisageait une levée des interdictions de rassemblement de plus de 5000 personnes à partir du 31 août, et dès le 15 août à titre exceptionnel sur autorisation préfectorale, augurant donc une reprise rapide d'activité des salles de spectacles. Ce calendrier était néanmoins revu du fait des signes de reprise de l'épidémie dans l'hexagone et le ministère se gardait alors de mentionner une nouvelle date de levée des interdictions. Afin de répondre aux interrogations du secteur, la ministre s'est manifestement attachée à rassurer les professionnels de la culture en France et l'entretien de mercredi s'est clôt sur une impression plutôt positive, et des perspectives qui s'annoncent rassurantes.

Selon Bertrand Thamin, président du SNTP, « Roselyne Bachelot est mobilisée, elle s'est engagée à plaider notre cause » et « a pris un certain nombre d'engagements, mais tout n'est pas de sa responsabilité, elle ne peut pas décider seule d'annuler la distanciation physique dans les salles ». En effet, c'est là le point principal des demandes des producteurs et patrons de salles : la suppression du siège séparant chaque groupe de spectateurs, permettant ainsi le retour à une jauge complète des salles avec, bien sûr, un public toujours masqué tout au long de la représentation. Toutefois, si la Ministre semble favorable à cette idée, c'est l'Elysée qui tranchera, peut-être la semaine prochaine, lors d'un prochain Haut Conseil de la Santé Publique.

Après environ six mois d'arrêt, les salles de spectacles peuvent donc être rassurées sur les intentions de Roselyne Bachelot en faveur de la fin de la distanciation physique dans les salles, qui doit permettre de rentabiliser les spectacles qui y sont donnés et de préserver le spectacle vivant. Dans le cadre d'un « échange constructif », la ministre s'est donc montrée soucieuse et à l'écoute des problématiques rencontrées par le secteur. Elle offre ainsi des motifs d'espoir : « Cela nous redonne du baume au cœur, on sent une volonté de défendre ce qui est possible » selon les mots de Pierre-Alexandre Vertadier, producteur de concerts (absent lors de cette rencontre mais informé grâce à ses représentants).

Parallèlement, le PRODISS a également réclamé des mesures d’accompagnement « pour ceux qui ne pourront pas reprendre », comme « la prolongation des mesures d’activité partielle au moins jusqu’à la fin de l’année et, au-delà, jusqu’à la reprise d’activité ». À ce titre, le gouvernement a notamment d'ores et déjà acté la prolongation des droits des intermittents du spectacle jusqu'au 31 août 2021, facilitant ainsi les condition d’affiliation au régime. Le syndicat souhaite également « une aide directe massive, avec une enveloppe de 300 millions d’euros pour réinjecter du cash dans les entreprises », en rappelant « qu'une sur deux est menacée ». Enfin, le syndicat souhaite aussi une « clarification du cadre des dérogations », certainement en écho à celle accordée au Puy-du-Fou (avec la permission d'une jauge de 9000 personnes alors que les rassemblements de 5000 personnes et plus sont encore interdits).

A l'heure actuelle toutefois, aucune prise de parole n'est encore officiellement prévue, et le ministère de la culture a fait "savoir à l’AFP que la « philosophie » de la ministre est que le spectacle vivant « rouvre », avec un « chemin à trouver pour sauver le secteur ». Et de rappeler que Mme Bachelot n’est « pas seule à décider » et que toute « stratégie » sera élaborée « en coordination avec le Premier ministre » (selon Ouest France).

| Imprimer

Commentaires

Loading