Un festival d'opéra pour les enfants à l'Opéra Comique

Xl_premier_op_ra

Nous ne le dirons jamais assez, l’opéra est un art bien loin d’être aussi fermé que certains le croient et qui s’ouvre à un public de plus en plus jeune. Il n’est pas donc pas rare que des maisons d’opéra proposent des opéras pour enfants, comme le fait chaque année l’Opéra de Lyon (par exemple La Belle au bois dormant cette année, Borg et Théaun théâtre musical de poche l’an passé, entre autres), ou bien l’Opéra national du Rhin avec Mouton cette saison, Cendrillon d’Ermanno Wolf-Ferrari en 2015-2016 pour ne citer que ces productions. Cette année, l’Opéra Comique décide d’aller encore plus loin en ne proposant pas un spectacle mais un festival entier ouvert à toute la famille.

Du 23 février au 11 mars, la maison parisienne propose en effet « Mon premier festival d’opéra » pour les enfants à partir de huit ans. Selon le site de l’Opéra, « éveiller la curiosité et transmettre aux enfants et leurs parents le goût du spectacle vivant, de la musique et du chant, c’est ce que souhaite l’Opéra Comique en créant ce festival dédié aux familles ». Une belle façon de donner goût à l’art lyrique aux plus jeunes afin de leur permettre d’entrer petit-à-petit dans le vaste monde de l’opéra.

Pour ce faire, le programme propose trois spectacles composés de deux opéras et d’une comédie musicale. Le Mystère de l’Ecureuil bleu lancera les festivités les 23, 24 et 25 février. Véritable thriller lyrique, il avait remporté un franc succès lors de sa première diffusion, alors sur le web en 2016, lorsque la salle Favart était encore fermée pour travaux. Véritablement conçu par Marc-Olivier Dupin et Ivan Grinberg comme une enquête pour les plus jeunes, une invitation à l’art lyrique pour les grands et un jeu de piste pour les amoureux de l’Opéra Comique, cette œuvre a de quoi titiller la curiosité et susciter les passions. Anna Reinhold tiendra ici le rôle de la vedette Adèle qui refuse de partager l’affiche avec le ténor Léon (Jean-Jacques L'Anthoën) et qui se fait alors remplacer par la jeune Margot (Armelle Khourdoïan) suite à ce caprice. Son écureuil bleu est alors mystérieusement assassiné…

Les 28 février et 1er mars, c’est au tour de la célèbre comédie musicale My fair lady d’entrer en scène, interprétée ici par les jeunes artistes de la Maîtrise (dirigée vocalement et scéniquement par Sarah Koné) qui a déjà connu un succès avec leur première production sous forme de comédie musicale, Annie. Ces représentations « permettront aux jeunes spectateurs de découvrir des interprètes de leur âge. Pour un partage encore plus immédiat et sensible de leur passion pour la scène » (cf : site de l’Opéra Comique). Enfin, la troisième production est une création d’après le conte de George MacDonald (la création mondiale ayant toutefois eu lieu le 13 décembre 2017 à l’Opéra de Lille), La Princesse légère de Violeta Cruz. L’Opéra Comique aurait d’ailleurs dû rouvrir sa salle en mars 2017 avec cette création, mais les retards dans ses travaux l’avaient contraint à reporter les représentations à cette année. Empreint d’humour et de poésie, ce conte raconte l’histoire d’une princesse, fille unique et longtemps désirée, néanmoins condamnée à la légèreté dès sa naissance par une vilaine sorcière – une légèreté de corps qui l’empêche de toucher terre, mais aussi une légèreté d’esprit la faisant rire de tout, pour en faire une jeune fille, bien aventureuse, qui ne connaît aucunement la gravité des choses...

A ces trois spectacles s’ajouteront des « avant-spectacles » de 45 minutes, en liminaire des représentations, sous forme d'introductions ludiques (et gratuites) pour les enfants et leurs parents, mais aussi de rencontres avec les artistes ou encore d'ateliers qui permettront de toucher au plus près l’univers lyrique.

Afin de profiter pleinement du festival, l’Opéra Comique a mis en place une « carte Mainate » : une carte au nom de l’enfant pour emmener toute sa famille à l’opéra, offrant une réduction de 50% aux enfants de moins de 10 ans, et une réduction de 10% pour les parents sur toute la programmation de la saison, excepté My Fair Lady (ainsi qu’une surprise à partir de trois spectacles). Sans ces réductions les tarifs restent abordables pour des opéras (de 6 à 60 euros) ainsi que pour la comédie musicale (15/10 euros pour les moins de 18 ans).

Une belle initiative pour réunir toute la famille autour d’un plaisir commun et créer de nouvelles vocations, que cela soit pour les métiers de la scène ou tout simplement comme spectateurs…

Plus de renseignements sur le site officiel de l’Opéra Comique.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading