L'Opéra Grand Avignon dévoile sa saison 2014-2015

Xl_op_ra_d_avignon

L'Opéra Grand Avignon a pris la bonne habitude d'être la première maison d'opéra en France – avant même Paris – à annoncer sa prochaine saison lyrique. Toujours aussi soigneusement élaborée par Raymond Duffaut - conseiller artistique de l'institution avignonnaise -, la saison 2014-2015 joue la carte de la diversité et s'avère des plus ambitieuses.

Le coup d'envoi en sera donné le 30 novembre avec l'opéra emblématique de la Provence : Mireille de Charles Gounod, dirigé par un des anciens directeur musical de la maison, Alain Guingal. La production est signée par un autre grand habitué des lieux, le metteur en scène Robert Fortune. Deux autres figures bien connues des mélomanes locaux viendront la défendre, la belle Nathalie Manfrino, récente (et magnifique) Gilda à l'Opéra national du Rhin, et le ténor messin Florian Laconi, qui vient de triompher, lui, dans Carmen, à l'Opéra de Tours.

Suivra, pour les fêtes de fin d'années, l'inévitable opérette d'Offenbach, cette année La Belle Hélène, avec la mezzo nantaise Julie Robard-Gendre dans le rôle-titre, et une mise en scène du regretté Jérôme Savary.

En janvier, nous invitons le lecteur à aller voir la formidable production de Don Pasquale qui a commencé sa course à Clermont-Ferrand le mois dernier – nous y étions – avant de se poursuivre dans plusieurs autres théâtres de l'Hexagone. L'équipe vocale sera sensiblement différente, mais nous retrouverons l'excellent directeur musical de l'Orchestre d'Auvergne, le chef espagnol Roberto Forès-Veses.

Plus présente sur les scènes lyriques, c'est la fameuse Bohème de Puccini qui viendra faire pleurer le public provençal en février, dans une mise en scène de Nadine Duffaut, femme de Raymond Duffaut, qui a signé de nombreuses productions in loco.

En Mars, Verdi sera à l'honneur avec une de ses plus belles partitions – mais malheureusement rare en France -, Simon Boccanegra, avec le magnifique baryton roumain George Petean dans le rôle-titre, qui vient de nous enthousiasmer dans celui de Rigoletto (aux côtés de N. Manfrino) à Strasbourg. Gilles Bouillon – actuel directeur du CDN de Tours – met en scène.

Une rareté en avril, avec l'opéra de Henri Sauguet Les Caprices de Marianne, tiré de l'œuvre éponyme d'Alfred de Musset. La partition du compositeur français sera défendue par le chef alsacien Claude Schnitzler, et la proposition scénique sera confiée, quant à elle, au canadien Oriol Thomas.

Enfin, pour le beau mois de mai, on annonce le Hamlet d'Ambroise Thomas, dans la production que signa en 2011, pour l'Opéra national du Rhin, le talentueux Vincent Boussard – qui vient de nous ravir avec une Finta Giardinera de Mozart particulièrement réussie à l'Opéra de Toulon en novembre dernier. Le non moins excellent chef français Jean-Yves Ossonce – directeur musical et artistique de l'Opéra de Tours – défendra les couleurs de cette superbe partition, et le rôle d'Ophélie sera confiée à l'une des plus belles étoiles du firmament lyrique, la sublime Patrizia Ciofi.

| Imprimer

Commentaires

Loading