5 questions à Catherine Hunold

Xl_catherine_hunold

Plébiscitée par la presse - comme par le public - après (notamment) ses incarnations wagnériennes - Brunnhilde et Ortrud à l'Opéra de Rennes -, Catherine Hunold vient de reprendre ce dernier rôle à Angers Nantes Opéra... et s'impose comme La soprano dramatique française du moment. A l'issue de la dernière angevine de ce Lohengrin (à laquelle nous avons assisté), nous l'avons rencontrée...

                                                                   ***

Opera-Online : Après avoir chanté le rôle d'Ortrud dans une version scénique de Lohengrin à l'Opéra de Rennes, vous retrouvez ce personnage à Angers Nantes Opéra dans une version concertante...

Catherine Hunold : Oui, Jean-Paul Davois (NDLR : le directeur d'Angers Nantes Opéra) m'a proposé ce projet immédiatement après ma première Ortrud à Rennes, et j'ai eu un immense plaisir à la retrouver à Nantes puis à Angers. Cette version de concert m'a permis de me concentrer sur d'autres aspects de ce rôle à la psychologie si complexe, de chercher à créer un personnage vivant simplement par le texte, la ligne vocale, les expressions du visage. De même, j'ai pu apprécier l'approche sensible et expressive de Pascal Rophé qui a su rendre l'Orchestre National des Pays de la Loire limpide et fluide dans ce chef d'œuvre wagnérien. Chanter Ortrud avec lui a été passionnant et m'a amenée à faire ressortir de nouvelles émotions. C'est un travail que j'aime beaucoup faire.

Comment vous êtes-vous préparée ?

Justement par un grand travail sur la langue. J'ai besoin dans tous les rôles que j’interprète de trouver une certaine liberté en m'appuyant sur les mots. De plus, chez Wagner, le rythme propre de la langue se trouve déjà dans la musique. J'aime beaucoup ce jeu avec les consonnes allemandes qui sont très rythmiques ou bien plus chantantes. Et puis il y a l'intensité physique - presque athlétique - du personnage. Je parle d'athlète émotionnel car je ne peux chanter Ortrud que si je l’investis totalement même quand elle ne chante pas. C'est une énorme dépense énergétique. Avec elle, je repousse constamment mes limites et découvre encore de nouvelles facettes vocales. Je comprends aujourd'hui pourquoi ce rôle est réputé pour sa difficulté. Il nécessite des qualités propres aux sopranos comme aux mezzos, c'est à dire les couleurs et la puissance de la soprano dramatique mais également l'étendue du mezzo dramatique...

Comment définiriez-vous votre voix, quelles en sont ses spécificités ?

Quand je chante Ortrud, on me parle souvent de voix « entre-deux », le zwischenfach allemand, qu'une Waltraud Meier possède, par exemple, elle qui chante aussi bien Isolde et Kundry qu'Ortrud. Mais il ne faut pas oublier que nous avons une grande tradition française de soprano dramatique, je pense à Régine Crespin, à laquelle on me comparait beaucoup au début, et plus loin Germaine Lubin. Elles ont été de grandes wagnériennes mais aussi des Marguerite, Cassandre, Didon, Pénélope - rôle que j'ai chanté à Strasbourg - ou encore Ariane de Dukas. J'essaye d'approfondir et de cultiver cette spécificité de notre répertoire lyrique. Cette colorisation propre au chant dramatique français vient enrichir mes rôles wagnériens.

Quels autres rôles aimeriez-vous chanter ?

Je souhaiterais évidemment poursuivre mon chemin wagnérien. Il me reste à chanter Kundry, Venus et les deux Brünnhilde de Siegfried et du Crépuscule des Dieux, même si j'en ai interprété quelques extraits pour le mini Ring de Bastille. Vivant une partie de l'année en Italie, j'ai hâte qu'on me propose en France des Lady Macbeth, Abigaïlle, Eboli, Santuzza et les rôles pucciniens comme Turandot ou Minnie dans La Fanciulla del West. Et comme Isolde était un rêve (NDLR : qu'elle a pu réaliser à l'Opéra de Prague), Norma en est un autre...

Et quels sont vos projets ?

Je chanterai à nouveau le personnage d'Ortrud à Séoul, en novembre prochain, sous la direction de Philippe Auguin et aux côtés de l'extraordinaire basse russe Mikhail Petrenko. Puis plusieurs concerts m'attendent en France, avec notamment les Wesendonck Lieder, la Neuvième Symphonie de Beethoven, Schubert et Mahler, Harawi au Festival Messiaen... et je terminerai ma saison lyrique avec ma chère Ortrud, à l'Opéra de Saint-Etienne, dans une version scénique signée par Louis Désiré. Je ne peux pas encore tout dévoiler, mais un premier grand Berlioz en France et des projets wagnériens se dessinent aussi outre-manche pour les saisons à venir... Alors vivement !

Propos recueillis à Angers par Emmanuel Andrieu

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading