Robert Devereux - Roberto Devereux

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Gaetano Donizetti
  • Librettiste :Salvatore Cammarano
  • Année de création :1837
  • Lieu de création :Italie
  • Nombre d'acte :3
  • Langue originale :Italien
  • Maison d'opéra de la production originale :Teatro di San Carlo

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3

« Pour moi, ce sera l’opéra de mes émotions ».C’est avec douleur et amertume que Gaetano Donizetti (1797-1848) évoque Roberto Devereux. Car les circonstances qui entourent la composition de cet opéra sont particulièrement tragiques : en l’espace de quelques semaines le compositeur a perdu sa femme et l’enfant qu’elle venait de mettre au monde. Pour ne pas sombrer, le musicien  se jette à corps perdu dans le travail afin d’honorer une commande du Teatro San Carlo de Naples.
Le triomphe de Lucia di Lammermoor (1835)a définitivement consacré la suprématie de Donizetti devenu désormais le plus grand compositeur lyrique italien après le retrait de Rossini (1792-1868) et le décès de Bellini (1801-1835). Lucia a marqué le début d’une longue collaboration entre Donizetti et Salvatore Cammarano (1801-1852). Le librettiste écrira sept livrets pour Donizetti dont celui de Roberto Devereux.

Cammarano adapte une pièce française de François Ancelot, Elisabeth d’Angleterre (1832), qui a déjà inspiré à Felice Romani le livret d’un opéra de Mercadante (1795-1870), Il Conte d’Essex (1833). Prudemment débarrassée de la moindre allusion ou dimension politique, l’intrigue est basée sur un triangle amoureux des plus conflictuels : outragée par sa trahison, la reine Elisabeth se déchaîne contre son favori épris d’une rivale dont elle ignore l’identité jusqu’au dernier moment.

Figurant au nombre des derniers « opera seria » du musicien, Roberto Devereux est le troisième portrait lyrique que Donizetti consacre à la grande Elisabeth 1ère après Elisabetta al castello de Kenilworth (1829) et Maria Stuarda (1834). La vérité historique n’est pas la préoccupation essentielle de ce tableau passionné de la  fameuse « reine-vierge ». Elisabeth est habitée par un fort ressentiment et un ardent désir de vengeance, comme en témoignent particulièrement la tension du second acte et la grande scène sur laquelle se referme cet ouvrage marqué par une puissante intensité dramatique.

Roberto Devereux fut triomphalement accueilli mais ce succès immédiat fut compromis par la maladie qui frappa les principaux chanteurs de la première distribution. Après un arrêt prématuré des représentations, l’ouvrage fut repris les années suivantes à travers le monde entier. On a pu comparer le rôle d’Elisabetta à celui de Norma (1831) de Bellini : on y retrouve la même virtuosité et la même maîtrise dans l’écriture mélodique. L’écriture vocale est au service de l’expression des sentiments. Les chœurs et l’orchestre s’effacent devant la puissance des confrontations entre protagonistes. Montserrat Caballé, Beverly Sills ou encore Edita Gruberova, se sont illustrées dans le rôle d’Elisabetta.

Résumé

La reine Elisabeth aime Roberto Devereux, comte d’Essex, qui est accusé de trahison pour avoir soutenu une rébellion en Irlande. Roberto ne peut compter que sur le pardon de la reine pour échapper à une condamnation. Mais Elisabeth soupçonne son favori d’aimer une autre femme. Elle n’apprendra qu’au dernier moment qu’il s’agit de Sara, l’épouse du Duc de Nottingham. Dans un accès de rage et de jalousie, la reine a signé  l’arrêt de mort de Roberto. Cette décision sera inexorablement suivie d’effet alors qu’elle était prête à pardonner. Désespérée, Elisabeth envisage de rejoindre Roberto dans la mort après avoir abdiqué. 

Acte 1

Sara, l’épouse du Duc de Nottingham, rêve secrètement de celui qu’elle aime, Roberto Devereux, comte d’Essex, le favori de la reine Elisabeth. De retour d’Irlande après une longue absence, Roberto se voit accuser de haute trahison. Mais Elisabeth hésite à proclamer sa condamnation. Elle soupçonne son favori d’un crime bien plus impardonnable à ses yeux : celui d’aimer une autre femme. Roberto s’en défend. La reine lui rappelle qu’elle lui a remis un anneau qui doit assurer sa sauvegarde en cas de nécessité. De son côté, Roberto reproche à Sara d’avoir épousé durant son absence le Duc de Nottingham. Mais lui-même ne porte-t-il pas l’anneau donné par la reine ? Roberto ôte cet anneau qu’il remet à Sara. La jeune femme lui donne en échange une écharpe qu’elle a brodée.  

Acte 2

Roberto est condamné par le tribunal malgré le soutien que lui témoigne le Duc de Nottingham qui reste son ami. On remet à Elisabeth l’écharpe brodée d’or que Devereux avait sur lui lors de son arrestation. La reine tient enfin la preuve qu’elle cherchait pour confondre son favori. Mais quand Elisabeth présente l’écharpe à Roberto, celui-ci refuse de donner le nom de celle qu’il aime. Nottingham reconnaît immédiatement l’écharpe que sa femme a brodée et il cesse de soutenir Devereux. La reine signe la sentence de mort.

Acte 3

Roberto écrit à Sara pour lui demander de remettre à Elisabeth l’anneau qu’il lui a donné. Malheureusement, Nottingham, fou de jalousie, séquestre sa femme tandis que la reine s’étonne de n’avoir pas encore reçu l’anneau salvateur. Elisabeth a pardonné et attend ce signe ultime de Roberto pour suspendre l’exécution de la sentence. Devereux est conduit au supplice et Sara arrive trop tard pour présenter l’anneau. Elisabeth s’abandonne à la fureur en découvrant l’identité de sa rivale, puis elle sombre dans un désespoir impuissant qui la pousse à abdiquer avec le souhait de rejoindre Roberto dans la mort.

Commentaires

Loading