L'Enfant et les sortilèges - L'Enfant...

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Maurice Ravel
  • Librettiste :Sidonie-Gabrielle Colette
  • Année de création :1925
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :2
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Opéra de Monte Carlo

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2

La célèbre romancière Colette chercha longtemps le musicien capable de mettre en scène et en musique les objets et les animaux familiers dont elle avait inventé la révolte contre la méchanceté d’un enfant capricieux et pervers. La collaboration avec Ravel donna naissance à une fantaisie lyrique de trois quarts d’heure que le compositeur eut quelques scrupules à qualifier « d’opéra ». Il s’agit d’un véritable parcours initiatique dont l’atmosphère féérique et magique joue sur une très large palette de registres musicaux. Du music-hall à la musique impressionniste, du jazz à l’opéra italien, de la polyphonie au récitatif, Ravel ouvre de nouveaux chemins au théâtre lyrique sous forme de savantes miniatures. Tout se mêle dans un tourbillon effrayant pour l’enfant menacé par le gigantisme des objets et des animaux révoltés contre son insupportable cruauté. Les sortilèges agissent comme des révélateurs du bien et du mal et les métamorphoses délivrent une leçon de vie à ce « petit homme » sadique et coléreux auquel il ne reste plus que l’appel final à « Maman » pour effacer tant de terreur méritée, en accédant enfin à la bonté. Les difficultés que présente la mise en scène d’un ouvrage qui fait chanter une « Tasse chinoise », le « Feu » ou encore des « chiffres » vengeurs et un « Arbre » gémissant, auraient pu entraîner la progressive disparition de l’ouvrage. L’Enfant et les Sortilèges s’est toujours maintenu au répertoire grâce à des scénographies marquées par l’inventivité indispensable au parfait déploiement de la féérie raffinée de la musique de Ravel.

Résumé

Dans l’intérieur démodé d’une vieille maison normande, l’Enfant, puni pour sa paresse par Maman, se venge avec la dernière méchanceté en passant sa colère sur les objets et les animaux qui l’entourent. Epuisé, il finit par se laisser tomber dans un fauteuil. Commence alors le ballet des sortilèges. Les objets familiers prennent vie et se mettent à chanter pour exprimer leur désapprobation pour le « méchant Enfant » qui les a souvent mutilés. En proie à la terreur, il finit par se trouver transporté au jardin où il est confronté à tous les animaux qu’il a martyrisés, devenus désormais menaçants. Lorsqu’il panse avec gentillesse la patte d’un petit écureuil blessé dans le tumulte né de la frénésie vengeresse des animaux, ceux-ci se laissent toucher par cette marque de bonté inattendue. Ils se souviennent que l’Enfant a crié : « Maman » au plus fort de son angoisse et ils décident de le reconduire vers elle en louant sa nouvelle sagesse.

Acte 1

Dans l’intérieur démodé d’une vieille maison normande, l’Enfant paresseux se laisse envahir par une exaspération rageuse devant son devoir inachevé. Puni par Maman, il se venge avec la dernière méchanceté. Il lacère les murs, déchire ses livres, tire la queue du chat et poursuit l’Ecureuil avec sa plume de fer. Épuisé par cet accès de frénésie dévastatrice, il veut se laisser tomber dans le fauteuil, mais le siège se dérobe et prend vie. Les sortilèges commencent leur étrange ballet. Meubles, objets, chiffres et Princesse sortis des livres s’animent et dialoguent en chantant. Ils expriment leur désapprobation, leur mépris et leur tristesse devant la méchanceté de l’Enfant terrorisé qui s’effondre, vaincu par la fatigue, pour être réveillé par le duo d’amour du Chat et de la Chatte.

Acte 2

L’Enfant se retrouve transporté dans le jardin où tous les animaux ont quelque chose à lui reprocher. Tous se précipitent bientôt sur lui pour le punir. A force de se disputer le privilège de le châtier pour son incessante cruauté, ils l’oublient et se lancent dans des conversations décousues et des danses frénétiques au cours desquelles, un petit écureuil est blessé.
L’Enfant s’en occupe avec gentillesse, arrachant un ruban de son cou pour panser sa blessure. Les animaux stupéfaits de ce changement d’attitude, décident de le raccompagner jusqu’à Maman qu’il a appelée de toutes ses forces.

Commentaires

Loading