Fritz Wunderlich

Informations Biographie & roles
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Nom :Wunderlich
  • Prénom :Fritz
  • Date de naissance :26/09/1930
  • Date de mort :17/09/1966
  • Nationalité :Allemagne
  • Tessiture :Tenor

Biographie

Le ténor allemand Fritz Wunderlich est l’un des plus grands chanteurs lyriques du XXème siècle bien qu’il ait été fauché en pleine jeunesse, à l’âge de 35 ans, comme Mozart, le compositeur auquel son nom reste le plus souvent associé. « Nos meilleures années sont encore à venir » confiait-il à son ami le baryton Hermann Prey. Le sort en décida autrement puisque c’est à la suite d’une banale chute dans un escalier que Wunderlich trouve la mort à un âge où la plupart des chanteurs commencent à s’imposer. A 35 ans, il avait déjà acquis une immense notoriété basée essentiellement sur ses interprétations des rôles mozartiens où il excellait avec son timbre lumineux et son naturel plein d’allant. Une abondante discographie nous restitue aujourd’hui toute la puissance expressive de ce ténor lyrique à la carrière aussi exceptionnelle que brève.   

Fritz Wunderlich est né le 26 septembre 1930 à Kusel dans une modeste famille de musiciens. Le père est violoncelliste, chef d’orchestre et chef de chœur, et la mère est violoniste. En 1935, le suicide du père plonge la famille dans une grande précarité financière. Le jeune Fritz doit rapidement gagner sa vie en travaillant dans une boulangerie. Charmés par la beauté de sa voix, les clients lui conseillent d’étudier le chant. En 1950, il obtient une bourse pour la Musikhochschule de Fribourg où il aura pour professeur Margarethe von Winterfeldt jusqu’en 1955. Wunderlich se destine d’abord au cor, et une de ses qualités souvent soulignée par la suite sera justement sa longueur de souffle. En 1955, il fait ses débuts à l’opéra de Stuttggart dans le rôle d’Ulrich Eisslinger des Maîtres Chanteurs de Nuremberg de Wagner. Il attire bientôt l’attention sur lui en acceptant  de remplacer au pied levé un collègue qui devait chanter Tamino dans La Flûte Enchantée de Mozart. C’est dans ce rôle qu’il fait ses vrais débuts et ce sera aussi celui dans lequel il fera sa dernière apparition en 1966, au Festival d’Edimbourg. En 1958, il est de nouveau Tamino au Festival d’Aix-en-Provence et en 1959 sa renommée prend un nouvel essor avec ses débuts au Festival de Salzbourg en Henry Morosus dans La Femme silencieuse de Richard Strauss. Adulé par le public, Wunderlich devient un habitué de Salzbourg où il se produira régulièrement jusqu’à sa mort en 1966. En 1959, le ténor rejoint l’Opéra de Munich et celui de Vienne auxquels il restera associé jusqu’à sa disparition. Le chanteur excelle aussi dans le répertoire italien : à ses rôles mozartiens, Wunderlich ajoute le comte Almaviva dans Le Barbier de Séville de Rossini, ou Alfredo dans La Traviata de Verdi. Il participe également à la création d’œuvres contemporaines en chantant pour la première fois le rôle de Tirésias dans Œdipe le Tyran de Carl Orff en 1960 et celui de Christophe dans Les Noces de Saint-Domingue de Werner Egk en 1963.  Il reprendra aussi le rôle-titre de Palestrina de Hans Pfitzner. En dehors de l’opéra, Fritz Wunderlich se consacre aux lieder et aux oratorios, en tenant par exemple, le rôle de l’Evangéliste dans la Passion selon saint Matthieu de Bach.

En 1965, Wunderlich franchit une nouvelle étape avec ses débuts au Covent Garden de Londres dans le Don Giovanni de Mozart. L’été 1966 lui permet de triompher encore une fois dans La Flûte Enchantée au Festival d’Edimbourg. Il doit bientôt se produire au Metropolitan Opera de New-York dans Don Giovanni. Avant d’aborder ce nouveau défi, le ténor séjourne chez des amis à Heildeberg où il espère pouvoir s’adonner à l’un de ses grands plaisirs, la chasse. Mais un soir, il fait une chute mortelle dans l’escalier de ses hôtes et il décède le 17 septembre à la clinique où il a été transporté.

Un accident stupide a privé le public d’un chanteur d’exception, mais sa voix continue d’enthousiasmer les mélomanes  grâce aux  nombreux enregistrements qu’il a pu réaliser. Fritz Wunderlich  était sous contrat avec la firme EMI qui lui a fait enregistrer des récitals et des sélections d’opéras essentiellement. Puis, afin d’avoir plus de liberté dans ses choix, le ténor a accepté un contrat chez Deutsche Grammophon. Parmi cette abondante discographie, on peut distinguer deux intégrales de ses deux titres de prédilection : La Flûte Enchantée en 1964 avec Karl Böhm, et L’Enlèvement au Sérail avec Eugen Jochum en 1965. 

Répertoire

Interprété dans

Commentaires

Loading