Vers un assouplissement du couvre-feu pour les spectateurs ?

Xl_5f8846d41f0000b9eb0c1f63

Suites aux annonces du Président Emmanuel Macron, instaurant notamment un couvre-feu dans plusieurs métropoles, ayant de lourde conséquences sur l'univers culturel du spectacle et du cinéma, les salles ont dû trouver des solutions : généralement en avançant les horaires des représentations ou en modifiant certaines dates comme pour l'Opéra Comique (voir notre dernière actualité sur le sujet). Les annonces de maintien de spectacles jusqu'à fin novembre se multiplient donc depuis hier soir, mais certaines productions demeurent incertaines, de même que les conséquences concrètes de telles décisions sur les billetteries. En effet, comment faire venir des spectateurs assez tôt en semaine pour assister par exemple à une oeuvre de Wagner, réputée particulièrement longue ? Doit-on sacrifier la partition avec des coupures drastiques en plus de changer l'horaire, ou bien ne maintenir que des matinées en weekend ? 

Toutefois, une solution est envisagée, encore au stade de l'étude à cette heure. Il s'agirait d'assouplir ce couvre-feu pour les salles de spectacles et les salles de cinéma : 21h ne serait alors plus l'heure d'arrivée du public chez lui, mais l'heure maximale de fin de représentation et de départ de la salle, et le billet servirait de justificatif en cas de contrôle sur le chemin du retour. Une proposition entendue et défendue par la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui déclare : « Je suis depuis mercredi soir en contact direct avec les différents acteurs de la culture, du théâtre, du cinéma et de la musique. Il y a un appel très fort venant de leur part pour un assouplissement ».
Cela permettrait en effet, à défaut de maintenir les spectacles sans modification aucune, de pouvoir accueillir davantage de spectateurs, y compris ceux venant de loin ou dont la journée de travail se termine tard. De plus, Anne Hidalgo, la maire de Paris, souhaite elle aussi engager des discussions avec Roselyne Bachelot afin de permettre aux « spectacles vivants » de se maintetenir, et au public de circuler malgré le couvre-feu annoncé mercredi soir.

Ainsi, malgré l'annonce présidentielle, on voit donc poindre une volonté de prendre en compte les difficicultés rencontrées specifiquement par le spectacle vivant depuis plusieurs mois, et de trouver un compromis pour « que le spectacle continue ». Une solution par ailleurs déjà appuyée par de nombreux spectateurs et artistes.

| Imprimer

Commentaires

Loading