Une vingtième édition du concours Operalia à Beijing

Xl_arts-bejing3

Il y a vingt ans, le ténor Plácido Domingo créait le Concours Operalia avec une ambition : identifier et promouvoir les jeunes talents lyriques d’aujourd’hui, des voix mais aussi « des personnalités faisant montre d’intensité dans l’interprétation », pour en faire les principaux interprètes de demain sur toutes les grandes scènes mondiales (raison pour laquelle le jury du concours est composé de chanteurs, évidemment, mais aussi de directeurs de casting ou de maisons d’opéra). Et à l’évidence, l’objectif est largement atteint puisque depuis 1993, le concours a distingué les voix, entre autres, de Rolando Villazon ou Inva Mula, de Nina Stemme ou Joyce DiDonato, de Ludovic Tezier ou Stéphane Degout, ou encore plus récemment  (lors de l’édition 2011) de la jeune soprano sud-africaine Pretty Yende qu’on a entendu la saison dernière notamment à la Scala de Milan.


Après Moscou l’année dernière, l’édition 2012 se tient cette semaine pour la première fois en Chine, à Beijing, sur la scène du National Centre For The Performing Arts, « l’Œuf d’Oiseau » imaginé par l’architecte français Paul Andreu.
Quelque quarante candidats sélectionnés parmi des milliers de jeunes chanteurs, ayant chacun préparé quatre airs d’opéra, ont été auditionnés par le jury à Beijing les 4 et 5 juin dernier. Seuls vingt ont été retenus pour les demi-finales se tenant aujourd’hui 7 juin 2012 et ils ne seront plus que dix pour la finale qui se tiendra dimanche 10 juin prochain.
Sous la direction de Plácido Domingo, cette finale distinguant les lauréats de l’édition 2012 prend la forme d'un concert de gala, retransmis comme chaque année depuis trois ans par Medici.tv. L’occasion de découvrir en direct, les voix qui occuperont les scènes mondiales dans les années à venir.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading