Les mots de l'opéra : Intermezzo

Xl_mot-de-lopera-intermezzo

Nous poursuivons notre tour d’horizon vidéo du vocabulaire de l’opéra en nous intéressant cette semaine à la notion d’Intermezzo, ces intermèdes qui ponctuent notamment les œuvres lyriques. Alain Duault revient sur leur histoire et leur rôle... jusqu’à ce que Richard Strauss compose une comédie bourgeoise truffée d’intermèdes et qu’il intitule Intermezzo.

Intermezzo dans le lexique de l'opéra : C’est un terme qui signifie littéralement « intermède ». À l’opéra comme au théâtre, l’intermezzo est d’abord une petite pièce instrumentale, chorégraphique ou lyrique qui vient s’intercaler entre deux actes pour distraire le public. Au XVIIIème siècle, l’opéra cherche à distinguer nettement les éléments comiques et les éléments tragiques. C’est pourquoi les deux entractes de l’« opera seria » seront souvent occupés par deux intermezzi bouffes constituant les deux parties d’une œuvre comique à l’intrigue nécessairement très simple. L’auteur de l’operia seria se chargeait lui-même d’écrire ces intermezzi. En 1733, Pergolèse compose un célèbre « intermezzo », La Serva padrona. On oublie souvent que cet ouvrage, considéré comme le précurseur de l’opera buffa, était initialement destiné à être exécuté entre les actes du Prigionier superbo, un opera seria très vite éclipsé au profit de son intermède comique qui s’imposa comme un modèle du genre.

Au XIXème siècle, l’intermezzo reprend sa fonction utilitaire. C’est un interlude qui aide le public à patienter entre deux actes pendant les changements de décor et de costumes. L’intermezzo devient une pièce symphonique qui peut prendre de l’ampleur, et se détacher d’un ouvrage pour être donnée en concert comme l’intermezzo de Manon Lescaut (1893) de Giacomo Puccini. Enfin, en 1924, Richard Strauss compose une comédie bourgeoise truffée d’intermèdes orchestraux qu’il intitule tout simplement… Intermezzo.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading