Intermezzo - Intermezzo

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Richard Strauss
  • Librettiste :Richard Strauss
  • Année de création :1924
  • Lieu de création :Allemagne
  • Nombre d'acte :2
  • Langue originale :Allemand
  • Maison d'opéra de la production originale :Hofoper Dresden

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2

Richard Strauss consacra six années à l’écriture du livret et à la composition d’Intermezzo qui met en scène un épisode de sa propre vie conjugale. Le compositeur avait déjà pratiqué l’autobiographie dans sa Sinfonia Domestica (1904), véritable mise en perspective symphonique de sa famille dont chaque membre se voyait évoqué par un instrument. Avec Intermezzo dédié à son « cher fils Franz », Strauss s’éloigne résolument des rives de la mythologie pour aborder celles de « l’opéra réaliste », inspiré d’une authentique mésaventure conjugale. On a réellement apporté chez le compositeur un billet fort compromettant qui ne lui était pas destiné mais qui lui valut néanmoins une terrible scène de ménage… Hugo von Hofmannsthal refusa de se lancer dans la rédaction d’une comédie bourgeoise aussi prosaïque et Richard Strauss finit par en assurer lui-même l’écriture. Le succès ne fut pas au rendez-vous, ce que Hofmannsthal attribua à la faiblesse d’un livret sans ressort dramatique. Les nombreux changements de décor appellent des interludes symphoniques émaillés de citations et de pastiches, approfondissant les états d’âme des protagonistes et particulièrement ceux du mari chef d’orchestre.
Cependant, l’extrême banalité du sujet permet au compositeur d’approfondir un des aspects majeurs de son esthétique musicale. Richard Strauss cherche depuis ses débuts à rendre en musique le naturel de la conversation parlée. Passant du registre familier propre à la vie conjugale au chant expressif, le compositeur explore chaque possibilité, en alternant dialogue parlé et chant. Le rôle de Christine, l’épouse, présente de ce point de vue une réelle difficulté pour passer rapidement de la parole au « récitatif » accompagné par l’orchestre, puis au chant allant du registre de la soprano colorature à celui de la soprano dramatique. Comme il l’indique dans la préface d’Intermezzo, véritable manifeste poétique, Richard Strauss veut partir « de la prose quotidienne la plus dépouillée » et parcourir « les diverses gammes de coloris du dialogue » pour « s’élever vers un chant plein de sentiments ». Il souligne bien que le « style qui a pris forme dans Intermezzo » est celui qu’il a recherché dans ses œuvres antérieures. Capricio (1942) marquera l’aboutissement du cheminement vers l’expression naturelle dans la déclamation chantée.

Résumé

Christine, mariée au célèbre chef d’orchestre Robert Storch, se rend à une partie de patins à glace où elle fait la connaissance d’un jeune baron peu scrupuleux qui cherche à lui soutirer de l’argent en lui faisant la cour. Alors qu’elle pense pouvoir utiliser cette amitié amoureuse pour susciter la jalousie de son mari parti diriger des concerts, elle intercepte un télégramme qui lui laisse penser qu’il a une maîtresse. Elle décide immédiatement de divorcer. Les époux finiront par se réconcilier devant la preuve de l’innocence de Robert qui n’était pas le bon destinataire du billet compromettant.

Acte 1

Le célèbre chef d’orchestre Robert Storch prépare ses valises pour Vienne. Son épouse Christine de mauvaise humeur l’accable de reproches et lui cherche querelle. Après son départ, elle accepte une invitation à aller patiner. Cela lui donne l’occasion de faire la connaissance du jeune baron Lummer qui la courtise uniquement dans l’espoir d’obtenir d’elle une aide financière. Elle pense pouvoir susciter la jalousie de son mari en lui révélant dans une lettre qu’elle a trouvé un chevalier servant. Mais on apporte un billet pour son mari, signé d’une certaine Mieze Meier. Christine envoie immédiatement un télégramme à son mari qu’elle croit infidèle pour lui annoncer qu’elle veut divorcer.

Acte 2

Alors que Robert Storch défend sa femme face aux critiques des amis avec lesquels il est allé jouer aux cartes, on lui apporte le télégramme de rupture rédigé par Christine. Il est abasourdi. Un de ses compagnons de jeu, dénommé Stroh comprend que le billet lui était destiné. Cependant Christine s’est rendue chez le notaire pour procéder au divorce. Stroh révèle à son mari très inquiet que la fameuse Mieze Meier s’est visiblement trompée de destinataire. Robert exige réparation. Stroh doit aller tout expliquer à la trop soupçonneuse épouse. Bien que pleinement rassurée, Christine continue à se montrer désagréable avec Robert qu’elle accueille froidement. Il faut qu’il se fâche enfin et lui reproche son flirt avec le jeune baron, pour que les époux en viennent à la réconciliation. Christine s’excuse et Robert s’amuse de la mésaventure avec le baron en quête d’argent. L’opéra se termine sur un accord parfait majeur accompagnant les derniers mots de Christine : « C’est bien cela qu’on appelle un mariage heureux, mon cher Robert ? ».

Commentaires

Loading