Les mots de l'opéra : Barcarolle

Xl_lexique-opera-barcarolle

Nous poursuivons notre série des « mots de l’opéra », qui explicite le vocabulaire de l’art lyrique en vidéo. Cette semaine, Alain Duault revient sur le terme Barcarolle, ce chant des gondoliers vénitiens qui inspira de nombreux compositeurs, de Schubert à Chopin, tout en s'invitant dans le monde de l’opéra – l’exemple le plus significatif en est sans doute la barcarolle des Contes d’Hoffmann, de Jacques Offenbach.

Barcarolle : Né à Venise, ce terme désigne un chant de gondolier dont le rythme épouse le balancement de la gondole. Par extension, le mot sert à nommer une pièce musicale qui suggère le rythme balancé d’une embarcation avançant sur l’eau. On peut citer le fameux lied de Schubert « Auf dem Wasser zu singen » (« A chanter sur l’eau ») (1823), ou encore La Barcarolle en fa dièse majeur (1846) de Chopin, son unique contribution à l’esprit italien. La barcarolle fait son entrée dans l’univers de l’opéra dès 1699 avec un opéra-ballet de Campra, Le Carnaval de Venise. On la retrouve aussi chez Rossini dans Otello (1816) et Guillaume Tell (1829). Mais la barcarolle reste associée aux Contes d’Hoffmann (1881) de Jacques Offenbach. Au début du troisième acte, une gondole transporte la courtisane Giulietta qui chante avec Nicklausse le célèbre duo : « Belle nuit, ô nuit d’amour ». La soprano et la mezzo-soprano mêlent leur voix dans une délicieuse rêverie croisée qui se déploie au fil de l’eau.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading