Les lauréats du concours Operalia 2015

Xl_operalia-2015n

Chaque année, le concours Operalia réunit quelques milliers de jeunes chanteurs et après plusieurs semaines de compétitions, les onze finalistes encore en lice (on l’évoquait) ont été départagés la nuit dernière à la Royal Opera House de Londres.
Au terme de cette vingt-deuxième édition de la manifestation créée en 1993 par Plácido Domingo, on retient notamment la victoire du jeune ténor roumain Ioan Hotea, qui s’impose après avoir interprété l’Air de Tonio et s’arroge également cette année le prix de la Zarzuela – issu des rangs du Bucharest National Opera, on se souvient l’avoir déjà entendu notamment à l’Opéra de Paris ou de Monte-Carlo, en attendant de le retrouver l’année prochaine à Wiesbaden. Mais c’est peut-être la lauréate féminine du concours, Lise Davidsen (qui empoche donc le premier prix féminin du concours mais également le prix du public et le prix Birgit Nilssonn), qui a marqué la compétition avec son interprétation de l’air de Tannhäuser « Dich teure Halle », après s’être déjà imposée dans plusieurs compétitions de chant lyrique au cours des derniers mois. Et si l’on considère parfois que multiplier les concours permet de construire progressivement un début de notoriété mais n’ouvre pas forcément les portes des théâtres, Lise Davidsen fait mentir l’adage et fera ses débuts, dans un répertoire très wagnérien, à l'Opéra de Bavière à Munich dès novembre prochain dans le rôle d’Ortlinde, avant d’incarner Freia, puis la troisième Norne l’année prochaine à Francfort.

Si les lauréats de la compétition se partagent des prix financiers attractifs et permettant d’appréhender une carrière plus sereinement (30 000 dollars pour les vainqueurs, puis 20 000 et 10 000 dollars pour les accessits, en plus de 15 000 dollars pour le lauréat du prix Birgit Nilssonn), tous les candidats s’enrichissent aussi de l’expérience vécue. Plácido Domingo joue en effet les coachs vocaux d’exception durant les répétitions de la compétition et y partage son expérience avec les finalistes. Ainsi, quand bien même le ténor français Julien Behr ne se classe pas parmi les lauréats parallèlement à une carrière déjà bien lancée, il salue les conseils octroyés par le ténor de 74 ans, enjoignant par exemple « à rester très concentré sur la voie et la technique vocale, mais sans jamais oublier les émotions du texte exprimées par la musique ».

Vainqueurs du concours Operalia 2015

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading