Le Staatsoper de Vienne lance son offre de retransmissions en ligne

Xl_wiener-staatsoper-live

L’opéra est évidemment un art vivant qui prend toute sa dimension dans les salles de spectacles, face à des interprètes sans micro et au coeur d’une expérience partagée collectivement. Pour autant pour s’adresser à un public large, les maisons d’opéra sont de plus en plus enclines à faire preuve d’accessibilité et retransmettre leurs productions phares, notamment sur Internet. Après entre autres le MET de New York, l’opéra de Bavière ou la Monnaie à Bruxelle, la dernière en date est le Staatsoper de Vienne, qui fait montre d’une certaine ambition dans son offre d’opéra en streaming, sous l’impulsion de son directeur Dominique Meyer.

Outre une diffusion en haute définition, sur navigateurs web et téléviseurs connectés (l’opération est menée en partenariat avec Samsung, constructeur de SmartTV), ces retransmissions numériques sont l’occasion de proposer un « contenu enrichi » aux spectateurs en ligne : ils auront accès à deux « modes de vue » accessibles à tout moment au cours de la représentation, l’un embrassant la totalité de scène (offrant une perspective similaire à celle offerte aux spectateurs de la salle), l’autre mise en scène par une équipe de production vidéo soulignant les temps forts de la production.
Le Wiener Staatsoper y ajoute une offre « second screen » très en vogue. Parallèlement à la diffusion de l’œuvre, les spectateurs profiteront d’informations supplémentaires sur leur smartphone ou tablette : les sous-titres (en anglais, allemand ou coréen dans un premier temps, en attendant d’autres langues prochainement) ou encore la partition de l’œuvre (à partir de décembre).
Et si la démarche se veut ambitieuse et accessible (tant sur un plan technologique que pédagogique), elle affiche néanmoins un coût. Pour ne pas grever son budget, le Staatsoper de Vienne propose une offre de streaming payante (quatorze euros pour une retransmissions en direct, cinq euros pour une retransmission en différé, ou une formule à base d’abonnements saisonniers), similaire à celle du MET mais qui devra rivaliser avec celles, gratuites, de la Monnaie ou de l’Opéra de Bavière.

La première retransmission en direct de l’Opéra d’État de Vienne, le Chevalier à la Rose avec Renée Fleming et Sophie Koch (dans une production d’Otto Schenk et sous la baguette d’Adam Fischer), est annoncée pour le 27 octobre prochain sur le site dédié à l’offre de streaming de l’établissement.
Plusieurs autres retransmissions sont annoncées d’ici la fin de l’année : la Flûte Enchantée de Wolfgang A. Mozart le 27 novembre ; Tristan et Isolde de Richard Wagner le 13 décembre ; La Cenerentola de Gioachino Rossini le 27 décembre ; Fidelio de Ludwig van Beethoven le 29 décembre, et finalement Die Fledermaus de Johann Strauss pour le réveillon du Nouvel An. Et dix autres productions d’envergure de la maison d’opéra seront pareillement retransmises « avant la fin de la saison 2013-2014 ».

Le détail de l’offre du Wiener Stattsoper est disponible sur son site Staatsoper Live.

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading