Sur les pas de Verdi à Sant'Agata

Xl_itw_carrara_verdi

Ce mois d’octobre 2013 est l’occasion de commémorer le bicentenaire de la naissance de Giuseppe Verdi, à Roncole dans la région de Parme, au sein d’une famille modeste. Et si le compositeur italien est intimement lié à Milan (son premier opéra, Oberto, sera créé au Teatro alla Scala en 1839), il reste attaché à sa région d’origine et achètera une maison de famille au cœur du domaine de Sant’Agata, en 1848. Initialement dévolue à ses parents, Giuseppe Verdi s’y installera avec sa seconde épouse, la cantatrice Giuseppina Strepponi, rencontrée à l’occasion de Nabucco. Verdi adaptera et aménagera cette demeure où, dit-on, il puisait l’inspiration – et qui annonce ses œuvres de la maturité (Rigoletto en 1851, Le Trouvère et la Traviata en 1853).
Nous visitons aujourd’hui la maison du maestro, en compagnie d’Angiolo Carrara Verdi, dernier descendant du compositeur et qui, encore aujourd’hui, habite et fait vivre la maison de son aïeul.

Conservé et préservé tel que Giuseppe Verdi le souhaitait, le domaine de Sant’Agata permet encore aujourd’hui d’appréhender et d’imaginer quelques bribes de la vie du compositeur, en découvrant sa chambre ou son lieu de travail, au milieu d’objets lui ayant appartenu (comme, par exemple, des partitions des œuvres de Wagner, dont on fête aussi cette année le bicentenaire, annotées par Verdi).

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading