James Levine officiellement licencié par le Metropolitan Opera

Xl_11opera-item-master768

Nous l'évoquions début décembre dernier : le chef d’orchestre James Levine était officiellement suspendu par le Metropolitan Opera de New-York le 3 décembre, suite à la publication par le New York Times et le New York Post d'accusations d’abus sexuels sur mineurs qui se seraient déroulés entre les années 1960 et 1980. Une décision temporaire en attendant les suites de l’enquête menée par le procureur de New York.

Or, cette dernière « a mis en évidence des preuves crédibles que M. Levine s’était livré à du harcèlement et à un comportement abusif sexuellement », tendant donc à confirmer les soupçons pesant sur le chef d'orchestre. Ses agissements auraient notamment visé des « artistes vulnérables en début de carrière, sur lesquels M. Levine avait autorité ». C’est pourquoi hier, lundi 12 mars, le Metropolitan Opera annonçait avoir pris la décision de licencier officiellement James Levine, non seulement de la direction musicale honoraire de l'établissement, mais aussi de son poste de directeur du programme consacré aux jeunes artistes, estimant qu'il serait « inapproprié et impossible » de le maintenir dans ses fonctions. Sa dernière prestation au sein de la maison américaine restera donc le Requiem de Verdi qu’il a dirigé le 2 décembre.

Au cours des dernières semaines, la presse s’est également faite l’écho de « rumeurs et d’accusations » (selon les termes de Peter Gelb, directeur du Met) visant les membres de la direction de l’établissement et de son conseil d’administration, qui auraient été conscients des comportements déplacés du chef d’orchestre, mais auraient « cachés ces informations » afin de le « couvrir ». Selon Peter Gelb par voie de communiqué, au terme de l’enquête marquée notamment par l'audition de plus de soixante-dix personnes, ces accusations seraient à ce stade « sans fondement ».
Par ailleurs, dans un mail adressé à l’ensemble des salariés du Met, Peter Gelb entend les « assurer de son engagement à faire du Met un espace de travail sûr, respectueux et exempt de tout harcèlement ». Dans cette optique, le directeur du Met annonce « la mise en place prochaine de mesures permettant à tous de signaler tous sujets de préoccupation au sein de l’établissement ainsi qu’une formation renouvelée aux problématiques de lutte contre le harcèlement ».

Dès la suspension du maestro, l’Opéra avait réussi à négocier la prise de fonction anticipée de Yannick Nézet-Séguin à la direction musicale de l’orchestre dès la rentrée prochaine, soit deux ans avant la date initialement prévue (lire notre article à ce sujet).

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading