Christophe Ghristi, nouveau directeur du Théâtre du Capitole

Xl_christophe-ghristi-elisa-haberer

Frédéric Chambert, ancien directeur du Théâtre du Capitole depuis 2009, avait laissé libre le fauteuil de la direction après sa nomination à la tête du Théâtre Municipal de Santiago du Chili au cours de l'été 2015. Un appel à candidature avait donc été lancé et Jean-Jacques Groleau – agrégé de lettre classiques, formé au piano et au chant, et participant à l'administration dans le secteur artistique de diverses maisons, comme celle de Strasbourg – avait été nommé directeur par interim pour cette saison 2016-2017. Après avoir étudié les candidatures reçues pour ce poste, Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, a finalement choisi Christophe Ghristi comme directeur artistique du Théâtre du Capitole. Ce dernier prendra ses fonctions dès le 1er septembre prochain. Il s'agira là d'une sorte de "retour aux origines" puisque Christophe Ghristi avait travaillé au Théâtre du Capitole de 1995 à 2009.

"En nommant Christophe Ghristi directeur artistique du Théâtre du Capitole, c’est un signal fort que nous adressons à la culture toulousaine et métropolitaine.
C’est d’abord le choix d’une excellence forgée notamment au sein de l’Opéra de Paris, mais aussi la reconnaissance d’une expérience forte de la scène et du public toulousains, acquise après une longue coopération aux côtés de Nicolas Joël. Ce double atout sera au service d’une ambition culturelle exigeante pour conforter la place de Toulouse en tête des meilleures scènes lyriques et chorégraphiques de France" a déclaré Jean-Luc Moudenc selon les propos rapportés dans le communiqué de presse officiel.

Né le 1er juillet 1968, Christophe Ghristi est un dramaturge français qui, outre ses années déjà passées à Toulouse, a été directeur de la dramaturgie à l'Opéra national de Paris, aux côtés du directeur Nicolas Joël. Il a également été le directeur de l’Amphithéâtre Bastille et de la série Convergences, et se lance dans des projets qui ont eu une résonnance à l'échelle européenne, tels que 14+18, un spectacle réunissant quatre classes de quatre départements différents coproduits avec l’Opéra national de Lorraine et l’Opéra de Reims, ou encore la production de Siegfried et l'anneau maudit, une version condensée de la Tétralogie de Wagner remaniée pour le jeune public en 2013. Il se voit également confié la direction du Studio de l'Opéra de Paris où il organise des colloques, des conférences et des projections. Il faut dire que Christophe Ghristi est un normalien issu de la filière de Lettres Modernes, chevalier dans l’ordre des palmes académiques et chevalier dans l’ordre des arts et des lettres. 

Cela n'étonne donc finalement pas qu'il ait également travaillé sur différents ouvrages, mais aussi sur quelques expositions, comme "L'Etoffe de la modernité" (une exposition consacrée aux costumes de théâtre à l'Opéra Garnier en 2012) dont il a été l'un des commissaires. Parmi les ouvrages qu'il a dirigés, citons : Régine Crespin chez Actes Sud en 2010, Tragédiennes de l’Opéra chez Albin Michel en 2011, La Belle Epoque de Massenet chez Gourcuff en 2012, Le Ballet de l’Opéra de Paris chez Albin Michel en 2013, ou encore Verdi et Wagner à l’Opéra de Paris à la Bibliothèque nationale de France la même année. Il a par ailleurs conçu l’édition des lieder de Schubert par Matthias Goerne pour Harmonia Mundi et écrit le livret de l'opéra en trois actes de Bruno Mantovani, Akhmatova, créé à l'Opéra de Paris le 28 mars 2011 et traitant de la vie de la poétesse russe Anna Akhmatova.

Selon le communiqué de Jean-Luc Moudenc, le rôle du nouveau directeur du Théâtre du Capitole sera de "définir et mettre en œuvre le projet artistique et culturel du Théâtre et assurer la programmation lyrique et chorégraphique en accord avec l’Orchestre. Il veillera à son développement et à son rayonnement." De son côté, Christophe Ghristi affirme :

"Le rôle du directeur est justement de veiller au grain, et de ne pas avoir peur d’intervenir auprès d’un metteur en scène si l’intelligibilité ou l’intégrité de la pièce sont en jeu. Nous le devons aux auteurs comme au public. Et un metteur en scène n’a pas besoin d’aller contre l’œuvre pour trouver sa liberté et exercer sa fantaisie…" (entretien recueilli sur Culture 31)

Le Théâtre du Capitole a-t-il donc trouvé en Christophe Ghristi un homme à la hauteur des attentes de la ville mais aussi de celles du public ? On sera curieux de découvrir plus concrètement son action dans les mois et années à venir. 

| Imprimer

Commentaires

Loading