Tancrède - Tancrède

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :André Campra
  • Librettiste :Antoine Danchet
  • Année de création :1702
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :6
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Académie Royale de Musique

Description de l'Œuvre

Description Prologue Acte 1 Acte 2 Acte 3 Acte 4 Acte 5

Tancrède, un des plus grands succès de la tragédie lyrique dont le créateur et maître incontesté avait été Lully (1632-1687), confirme la place privilégiée que Campra occupe parmi les continuateurs de cette forme typique de l’opéra français des XVIIème et XVIIIème siècles. Constituée d’un prologue et de cinq actes, la tragédie lyrique, spectacle complet, se caractérise par de nombreux ballets et le recours à des décors spectaculaires animés par d’ingénieuses machineries. Considéré par le public de l’époque comme un des plus beaux ouvrages existants, Tancrède connaîtra de nombreuses reprises jusqu’en 1764.
En 1986, Jean-Claude Malgoire lui assure une magnifique renaissance lors du Festival d’Aix-en-Provence, ville natale du compositeur dans laquelle une rue porte son nom. Basé sur un épisode de La Jérusalem délivrée du Tasse, l’opéra met en scène le conflit entre passion et devoir, illustré par l’impossible amour entre un chevalier chrétien, Tancrède, et une princesse sarrasine, Clorinde. La distribution accorde une place prépondérante aux voix graves. Campra écrivit le rôle de Clorinde pour mettre en valeur les magnifiques graves de la Maupin, célèbre pour sa voix dite de « bas-dessus » : c’est le premier exemple dans l’opéra français d’un rôle important conçu pour ce registre vocal. Les trois principaux personnages masculins reviennent à des basses, dont le rôle-titre, Tancrède : c’est une originalité qui offre des ressources dramatiques nouvelles. Si la conduite de l’action repose encore sur le récitatif, les airs et les duos prennent une importance décisive, annonciatrice d’une évolution. Le lyrisme épouse les nécessités de la dramaturgie dans une conception empreinte de modernité. La partition est marquée par la recherche de l’invention mélodique et l’exceptionnelle richesse des couleurs instrumentales comme en témoignent les danses qui ont valeur de véritables pages symphoniques.

Résumé

Le chevalier Tancrède, un des chefs de l’armée de Godefroy de Bouillon, vient de triompher d’Argant, roi de Circassie qui jure sa perte avec son alliée, la princesse Herminie, déchirée entre sa haine et son amour contradictoire pour le vainqueur chrétien. Avec l’aide du magicien Isménor, Argant et Herminie poursuivent Tancrède qui aime et est aimé de sa prisonnière, la princesse Clorinde, guerrière renommée, elle-même aimée d’Argant. Après bien des péripéties et des sortilèges conçus par Isménor pour seconder la fureur jalouse d’Argant et d’Herminie, les deux amants malheureux, la fière Clorinde sera tuée au combat par Tancrède, victime d’une tragique méprise.

Prologue

La Paix descend sur scène, accompagnée d’un cortège de Jeux, de Plaisirs et d’Amours. Un hommage est rendu au Roi de France dispensateur de la paix.

Acte 1

Argant, vaincu par le chevalier Tancrède qui retient prisonnière la Princesse Clorinde, exige de ses guerriers qu’ils jurent la perte de son ennemi. La Princesse Herminie, alliée d’Argant, laisse paraître son amour pour Tancrède qui l’a pourtant privée de son royaume et de ses parents. Le magicien Isménor par amour pour Herminie, propose l’aide de ses sortilèges pour vaincre le chevalier.

Acte 2

Dans le camp de Tancrède, Clorinde se désole de la passion indigne qu’elle éprouve pour son ennemi (« Suis-je Clorinde »). Elle met tout son honneur à repousser Tancrède quand il lui avoue son amour et elle suscite sa jalousie en affirmant attendre sa délivrance du seul Argant. Tancrède doit partir au secours de ses soldats victimes d’un enchanteur.

Acte 3

Argant et Herminie sont envahis par une jalouse fureur quand ils apprennent l’amour de Tancrède pour Clorinde. (« Venez, jaloux transports »). Tancrède essaie de lutter contre les sortilèges d’Isménor dans une forêt enchantée tandis qu’Herminie annonce à Clorinde la mort de Tancrède et découvre son amour coupable au trouble qui la saisit (« Diffère d’un moment »).

Acte 4

Tancrède, prisonnier de la forêt ensorcelée va être tué par le magicien Isménor, mais Herminie retient sa main et avoue son amour pour le chevalier chrétien. Pour se venger d’Herminie, Isménor imagine de mettre Tancrède en présence de Clorinde, sa rivale. Les deux amants s’avouent leur amour mais Clorinde exige une séparation définitive. Tous deux doivent préférer le devoir à l’amour et regagner leur camp respectif pour combattre.

Acte 5

Herminie folle d’inquiétude, erre sur le champ de bataille. Le jour se lève sur la victoire de Tancrède qui va célébrer son triomphe. On ramène Argant mortellement blessé. Il révèle que Clorinde a revêtu son armure et que c’est elle que Tancrède a combattue et tuée durant la nuit sans la reconnaître. Tancrède veut se donner la mort mais ses soldats parviennent à le désarmer à temps.

Commentaires

Loading