Le Roi Carotte - Le Roi Carotte

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Jacques Offenbach
  • Librettiste :Victorien Sardou
  • Année de création :1872
  • Lieu de création :France
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Théâtre de la Gaîté

Description de l'Œuvre

Description

Le Roi Carotte est un opéra-bouffe-féérie en quatre actes et dix-huit tableaux créé le 15 janvier 1872 au Théâtre de la Gaîté, qui offre à Jacques Offenbach des moyens musicaux et scéniques considérables : l’orchestre et les chœurs sont étoffés, les meilleurs chanteurs sont engagés ainsi qu’un véritable corps de ballet auquel se joignent également des clowns. L’établissement bénéficie d’une vaste scène permettant de déployer tout le faste visuel réclamé par un genre alors très en vogue, la « féérie ». Il s’agissait de flatter le goût du merveilleux et du fantastique chez des spectateurs toujours prêts à s’enthousiasmer devant les prouesses que permettaient de réaliser des machineries de plus en plus ingénieuses. Dans Le Roi Carotte, le vieux magicien Quiribi demande à être tué et jeté par morceaux dans un poêle pour pouvoir en ressortir rajeuni, sous la forme d’un bel adolescent… On imagine aisément quelle sensation pouvait produire cette scène qui reposait sur un savant trucage !  Le Roi Carotte reste un modèle du genre construit sur une série de « numéros » sensationnels dont le plus étonnant est le défilé des insectes du treizième tableau où se pressent fourmis, grillons, sauterelles, ou encore scarabées et frelons ! Les costumes des insectes figurent parmi les plus originaux qu’on puisse encore voir à la Bibliothèque-Musée de l’Opéra.    

Jacques Offenbach (1819-1880) collabore pour la première fois avec Victorien Sardou (1831-1908) qui s’est très librement inspiré de L’Histoire héroïque du célèbre ministre Kleinzach surnommé Cinabre (1819), un conte d’E.T.A Hoffmann (1776-1822). Sardou commença la rédaction de son opéra-bouffe-féérie à la fin de 1869 avec la volonté d’en faire une satire politique. Le librettiste semble prédire la chute du Second Empire. Fridolin symbolise Napoléon III, et Gambetta, le chef des radicaux, est devenu le roi Carotte soutenu par ses partisans, les « légumes ». Le roi Carotte finit par détrôner Fridolin qui cherche refuge au royaume des singes. Mais le peuple s’aperçoit bien vite que le nouveau souverain est pire que l’ancien, et Fridolin retrouve son trône tandis que le malheureux Carotte redevient un simple légume ! Reprenant son livret après la Guerre de 1870 et la chute de l’Empire, Sardou conserve le même dénouement « bonapartiste » qui sera alors très diversement apprécié.  Quoi qu’il en soit, le public est conquis. L’ouvrage est si long et foisonnant que ses implications politiques échappent au plus grand nombre. Ne demeure que la beauté de la musique d’Offenbach qui déploie ici toutes les facettes de son talent comme en témoignent le rondo de la Princesse Cunégonde, le quatuor des ruines, ou la ronde des colporteurs. Malgré de magnifiques pages, Le Roi Carotte est très rarement donné. Beaucoup trop long et touffu, l’ouvrage ne semble plus correspondre aux attentes du public du XXIème siècle qui a sans doute trouvé dans un nouveau genre, la comédie musicale, les plaisirs et les sensations que l’homme du XIXème siècle recherchait avec passion à l’opéra. 

Résumé

Fridolin XXIV est un monarque peu doué pour le pouvoir. « Il n’est pas possible de gouverner plus mal, de s’entourer de plus d’imbéciles, et d’avoir sur sa profession des idées plus saugrenues que les siennes !» proclame Robin-Luron qui voudrait le voir partir en exil! Ce sera chose faite avec l’intervention du repoussant Roi Carotte, le chef des légumes, qui s’empare du trône pour gouverner en véritable despote. Pendant ce temps, Fridolin est confronté à toutes sortes d’aventures merveilleuses. Le roi déchu affronte les maléfices de la sorcière Coloquinte ; puis, il croise un vieil enchanteur, Quiribi, qui lui permet de faire revivre Pompéi. Fridolin bénéficie aussi du soutien de Rosée-du-Soir qui l’aime et le libérera d’une gigantesque fourmilière où l’a fait enrôler Coloquinte qui protège Carotte… Mais le mécontentement du peuple éclate bientôt et Fridolin revient pour reprendre triomphalement le pouvoir alors que le gnome Carotte se fane et meurt sous les huées de la foule.

Commentaires

Loading