GerMANIA - Opéra national de Lyon (2018) - GerMANIA - Opéra national de Lyon (2018)

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar © Copyright all right reserved

Informations générales

  • Titre de la production :GerMANIA - Opéra national de Lyon (2018)
  • Date de création :2018
  • Œuvre - Compositeur :GerMANIA - Alexander Raskatov
  • Maison d'opéra :Opéra national de Lyon

Description

Création mondiale, commande de l'Opéra de Lyon.

Dans le cadre de sa saison 2017-2018, l'Opéra de Lyon poursuit sa mission de création en parallèle à celle de "célébration du grand répertoire" selon les termes de son directeur, Serge Dorny. Il décide donc de passer une commande auprès du compositeur Alexander Raskatov à qui la maison lyonnaise avait déjà commander un opéra en 2014, Coeur de chien, qui connut un grand succès auprès du public. Il s'agissait alors du tout premier opéra du compositeur, GerMANIA étant son second, basé sur deux pièces de Heiner Müller, dont l'opéra recrée parallèlement à l'annonce de la saison le tout premier opéra que le dramaturge allemand mit en scène lors du  Festival de Bayreuth en 1993, Tristan und Isolde. Les deux pièces à la base de GerMANIA sont Germania Mort à Berlin, écrite entre 1956 et 1971, et Germania 3, les spectres du Mort-homme, ultime oeuvre de l'auteur qui en avait corrigé les épreuves en 1995, quelques jours seulement avant son décès.

"Si le sujet de GerMANIA n'a rien d'autobiographique pour Müller, il apparaît néanmoins comme une réflexion essentielle à partir de son propre vécu : libéré du nazisme au sortir de la guerre, il avait choisi de s'installer en Allemagne de l'Est, communiste donc (RDA) pour, ô ironie, voir aussi la censure s'abattre sur ses pièces de théâtre jugées trop "politiques", - alors qu'en Allemagne de l'Ouest, il était joué et acclamé à partir des années soixante-dix... De son côté, Raskatov - qui est né à Moscou le jour des funérailles de Staline (9 mars 1953) -, a grandi dans la société soviétique et ce texte, qui dénonce les idéologies faisant le lit des dictatures - l'utopie d'une société basée sur l'Homme nouveau accouchant des totalitarisme de Hitler et Staline - ne pouvait que le séduire.

[...]

Le compositeur a respecté la construction non linéaire du dramaturge, qui, dans l'esprit d'Eugène Onéguine (Pouchkine), propose une succession d'instantanés dramatiques, avec cette particularité que contrairement aux ouvrages de Tolstoï et Dostoïevski, le récit ne dénonce pas, n'accuse pas ni ne porte au jugement. Dans l'esprit du roman de Pouchkine, pas moins de trente-sept personnages (!) défilent dans dix scènes : deux empruntées au "Ier" Germania, les huit autres à Germania 3. Plusieurs rôles "vedettes" reviennent dans ce maelstrom teinté d'humour noir, en particulier Hitler et Staline, abjects complices sur la question du pouvoir - à quoi sert-il, à quelle fin? Confié à une basse octaviste dans la plus pure tradition russe, le personnage de Staline s'exprime avec une lenteur exagérée et un statisme plombé; quant à Hitler, ténor héroïque forcément wagnérien, il papillonne dans le suraigu. Une partition grinçante, furieuse et subversive, d'un musicien passé maître dans l'art de la satire qui, dans la mise en scène idoine de John Fulljames (Sancta SusannaVon heute auf morgen et Benjamin, dernière nuit à Lyon), devrait trouver quelque écho dans le vertige surréaliste de notre monde contemporain."

(citation du dossier de presse de l'Opéra de Lyon)

Plus d'informations sur le site officiel de l'Opéra de Lyon.

Dates de représentations

19 mai 2018 20:00:00

21 mai 2018 16:00:00

23 mai 2018 20:00:00

26 mai 2018 20:00:00

28 mai 2018 20:00:00

30 mai 2018 20:00:00

04 juin 2018 20:00:00

La distribution

John Fulljames

Alejo Perez

Michael Gniffke

Ville Rusanen

Andrew Watts

Piotr Micinski

Gennady Bezzubenkov

Sophie Desmars

Elena Vassilieva

Maïram Sokolova

Karl Laquit

Personnages de l'œuvre

Metteur en scène

Chef d'orchestre

Ténor 1

Baryton

Contre-ténor

Baryton-basse

Basse

Soprano 1

Soprano 2

Alto

Ténor 2

Commentaires

Loading