Claude Debussy

Informations Biographie et œuvres
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Date de naissance :22/08/1862
  • Date de décès :25/03/1918
  • Nationalité :France

Biographie

L_debussy_carr__

Né à Saint-Germain-en-Laye en 1862, Claude Debussy entre à onze ans au Conservatoire de Paris où il étudie successivement le piano, l’harmonie et la composition. Son professeur de piano, le célèbre Marmontel, le fait agréer comme pianiste par Mme de Meck, égérie de Tchaïkovski ; avec elle, il voyage à travers l’Europe jusqu’en Russie.

En 1884, il obtient le Premier Grand Prix de Rome avec la cantate L’Enfant prodigue. Il part pour Rome où il découvre la polyphonie des maîtres de la Renaissance, tout en dédaignant l’opéra italien et les effets faciles du bel canto. En 1899, après son retour en France, l’Exposition universelle lui révèle les rythmes et les gammes de l’Orient ; puis, deux voyages à Bayreuth le conduisent de l’enthousiasme le plus grand à la déception la plus profonde. À Paris, il se lie d’amitié avec les poètes Henri de Régnier, Mallarmé, Pierre Louÿs, dont il mettra en musique nombre de poèmes. Le langage musical de Debussy, qui se révèle dans les mélodies et les pièces pour piano, s’épanouit dans les oeuvres symphoniques.

D'Axel ( d'après Villiers de l'Isle-Adam) à la Chute de la maison Usher (d'après Egdar Poe), Debussy a commencé quantité d'ouvrages lyriques qu'il ne terminera jamais. En 1893, il s’enthousiasme pour le drame de Maeterlinck Pelléas et Mélisande, qui inspirera son opéra créé en 1902. Après un voyage à Budapest, en 1910, qui lui vaut un grand succès, il accepte, en 1911, d’écrire pour madame Ida Rubinstein la musique du Martyre de Saint Sébastien (d’après d’Annunzio). Le ballet Jeux est créé en 1912 par les Ballets russes, sur une chorégraphie de Nijinski. En 1914, peu avant que n’éclate la Première Guerre mondiale, un voyage en Russie lui apporte la consécration. Claude Debussy meurt à Paris en 1918.

Nul compositeur d'Occident n'a plus profondement changé notre manière de penser la musique; Au dynamisme dialectique et dramatique de la forme beethovenienne s'oppose le 'statisme' des formes ouvertes de Debussy. Il a bouleversé la relation qui liait musique et temps. Il a réaffrimé le pouvoir du son pur, en introduisant une autre inspiration, une autre rythmique. "Moi qui aime les images presque autant que la musique", s'écrie Debussy dans une lettre, et cette déclaration, si singulière chez un musicien, exprime le rôle central de l'inspiration visuelle dans sa création. Ce goût du musicien pour Turner, Rossetti, Whistler, Degas, le symbolisme, l'Art Nouveau, les arts orientaux, nous intéresserait moins s'il n'inspirait directement ou indirectement sa création. Les titres mêmes de ses recueils témoignent de sa constante préoccupation de transposition poétique du visuel au musical et de sa conviction qu’ art et musique ne faisaient qu'un. » Jean-Michel Nectoux Harmonie en bleu et or : Debussy, la musique et les arts Fayard 2005.

Si Debussy a été un libérateur des formes, il reste l'un des musiciens les plus isolés qui soient. Sans de réel successeur.

Commentaires

Loading