Un Powder Her Face délié à l’Athénée

Xl_powder_her_face_nof_magali_dougados

Lorsque Monica Lewinsky a été prise la main « dans le sac » avec le président Bill Clinton à la fin des années 90, les tartufes étasuniens de tous bords étaient de sortie. De l’autre côté de l’Atlantique, plus de trois décennies auparavant, c’était le divorce d’une duchesse anglaise qui semait la zizanie et faisait acquérir des parts d’audience aux médias. Ian Douglas Campbell, onzième duc d’Argyll, avait « trouvé » – après avoir forcé un coffre-fort à son domicile – un album des supposés 88 amants de son épouse, ainsi que des Polaroïds « compromettants » : un cliché de la Dirty Duchess soulageant un individu de sa glotte, et une pulvérisante chronologie de dick pics du même propriétaire. Dans les deux cas, des « hommes sans tête », graciés par la magie du cadrage. Les tabloïds ont fait leur fonds de commerce de ces clichés et des suppositions quant à l’identité des entrejambes immortalisées. Mais là aussi, le lynchage public a été de mise pour Margaret Campbell. Sauf que l’héritière n’a pas eu la bonne étoile de Pamela Anderson ou de Kim Kardashian, victimes de revenge porn après elle. Condamnée au silence, à l’enfermement, mais surtout à l’épuisement de son train de vie, elle a dû déménager dans un hôtel aux côtés de sa femme de chambre, et même recevoir une aide financière de son premier mari. L’écriture d’une autobiographie n’aura pas suffi. Si seulement la téléréalité et les Ted Talks avaient existé…


Powder Her Face, Athénée Théâtre Louis-Juvet ; © Magali Dougados

Cependant, l’oubli n’est pas permis pour la duchesse de Cargyll. Si une série BBC est actuellement en préparation, le compositeur Thomas Adès en a fait la protagoniste de son premier opéra, Powder Her Face, en 1995 pour le Cheltenham Festival. L’œuvre donne la parole de 1934 à 1990 à Margaret Campbell et à son proche entourage – jusqu’à ses amants –, ainsi qu’aux persifleurs, pour signifier une lente déchéance ponctuée d’ellipses temporelles. L’écriture goguenarde en fausse improvisation, en tangos burlesques, parfois en interventions de cabaret pimpé laisse toute la place au langage et au discours direct. Thomas Adès expérimente la drague instrumentale ou l’imitation des bruits charnels, il décide quel point de vue donner aux aspects biographiques et n’hésite pas à lorgner vers un expressionnisme bien calibré. Très méthodique, il passe d’un numéro à l’autre en ayant pris le soin de bien utiliser toutes les ficelles de ses idées. L’Orchestre de chambre fribourgeois manie malice et poésie en textures dodues et précises sous la baguette experte de Jérôme Kuhn. Les éructations volumineuses, les râles de glissandi, les lamenti en gueule de bois et l’excitation exhib’ sont magistralement restitués par des instrumentistes entièrement dévoués à cette musique qui ne se prend jamais au sérieux. Autant dire que le niveau de second degré est proportionnel à l’exigence musicale témoignée par le chef.

On doit cette rareté au Nouvel Opéra Fribourg, dont le directeur Julien Chavaz a la responsabilité de la mise en scène – comme dans le Pelléas et Mélisande de Nicolas Stücklin, également donné en ce moment à l’Athénée Théâtre Louis-Juvet. Il confirme que des parois colorées et un lit bien usité peuvent servir de support à une proposition scénique inventive. Le secret du rythme et l’évitement des écueils vulgos équilibrent le comique et le tragique, avec une direction d’acteurs au pouvoir indéniable. Sophie Marilley est une Duchesse bien chic en surface, déclinant toutes les possibilités de phrasé avec son animalité intérieure. Ce rôle d’empowerment va comme un gant à son timbre nacré, avec l’amplitude et l’intelligibilité maximaux requis. Le ténor Timur diffracte la moindre ouverture de notes en une constellation de saveurs mélodiques pleins phares. Alison Scherzer est stupéfiante dans la fluidité de ses suraigus, composante « Oh my gosh » d’une ligne vocale exclamative d’une superbe élasticité. Pour Graeme Danby, les graves sont trop graves, les aigus sont trop aigus, et le reste ne parvient pas vraiment à captiver, la faute à un vibrato éventé.

Mais sinon, a-t-on retrouvé la tête de celui qui l’avait perdue dans les clichés de Margaret ? On parlerait de deux hommes : un ministre et un acteur qui ont toujours nié en bloc. La postérité se souviendra de celle qui n’aura pas été anonyme !

Thibault Vicq
(Paris, 12 juin 2021)

Powder Her Face, de Thomas Adès :
- à l’Athénée Théâtre Louis-Juvet (Paris 9e) jusqu’au 18 juin 2021
- au Stadttheater de Schaffhausen le 28 septembre 2021

Crédit photo © Magali Dougados

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading