L'Opéra de Limoges ose Maria de Buenos Aires d'Astor Piazzola

Xl_maria_de_buenos_aires

Le bandonéon est omniprésent dans Maria de Buenos Aires d’Astor Piazzola : il en est le cœur et le pivot, car il est l’âme du Tango. Il est donc tout naturellement placé ce soir au centre de la scène de l’Opéra de Limoges - qui a eu le courage d’en proposer une nouvelle production -, les (10) autres musiciens s’égrenant autour de lui, tout comme les chanteurs et comédiens, dans cette version semi-scénique confiée au chorégraphe espagnol Sergio Simon, directeur de la danse dans la maison limougeaude. Point de décor superfétatoire, mais deux rideaux de tulles sur lesquels sont projetés des images de la ville tentaculaire et fascinante qu’est Buenos Aires, des images tournées à l’époque de la création de l’ouvrage, à la toute fin des années soixante, montrant des vues aériennes de la ville ou s’immisçant dans les banlieues populaires, au plus près des gens (de peu).

Dés le lever du rideau, la plainte du bandonéon du formidable musicien argentin Marcelo Nisinman (photo) envahit l’espace scénique et rythme ensuite les scènes du premier opéra-tango de l’histoire. Omniprésent, obsédant, l’instrument donne à lui seul la couleur d’une musique et d’une culture centenaire à laquelle Piazzolla a insufflé une vie nouvelle. La couleur noire, triste. Le bandonéon est un symbole, tout comme chaque personnage de l’opéra : Maria, la prostituée, symbole de toutes les femmes qui s’abîment dans les destins tragiques, à la fois Lulu et Jenny-des-Pirates. El Duende, l’esprit de la ville ou, encore, El Payador, également Gorrion, oiseau qui vole dans presque tous les refrains des tangos. Maria aime son souteneur ; Maria finira assassinée ; l’ombre de Maria hantera le port, chantant inlassablement son histoire…

Le tango est un genre violent. C’est une musique de sexe, de mort et de meurtres. En le poétisant, en l’abordant par le biais des symboles et des allusions, on rend service à l’ouvrage, mais en offrant à ces mélopées rauques des voix d’opéra (qui plus est sonorisées…), donc infiniment plus sophistiquées, on trahit en revanche un peu la musique, mais ce sera le seul bémol que nous apporterons à la soirée. Pour le reste, la mezzo chilienne Luciana Mancini, dans le rôle-titre, apporte toute sa sensualité au personnage de Maria, ainsi que beaucoup d’émotion, les deux qualités primordiales que requiert cette partie. Dans le rôle du Payador, le ténor argentin Ruben Peloni est plus proche du chant « cabaret », offrant une réplique de choix à sa collègue. Enfin, vieux briscard de la scène, le comédien Daniel Bonilla-Torres campe un formidable Duende, avec sa voix fêlée, cabossée par la vie.

Bravo Limoges d’avoir osé cet ouvrage tellement attachant !

Emmanuel Andrieu

Crédit photographique © Julien Dodinet
 

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading