Karine Deshayes en point d'orgue de la 46ème Saison musicale de Saint-Guilhem-Le-Désert

Xl_kd

Si dorénavant Karine Deshayes chante sur les plus grandes scènes internationales, elle ne néglige pas pour autant l’intimité des petits festivals français, comme dernièrement ceux de Pommiers ou de Hyères, et, en ce vendredi 8 septembre, celui de l’Abbaye de Gellone à St Guilhem-le-Désert, considéré comme l'un des plus beaux villages de France, niché dans un vallon au bord du fleuve Hérault, à une trentaine de kilomètres au nord de Montpellier.

Accompagné du prestigieux Quatuor Debussy, la mezzo-soprano française y a proposé un programme consacré à des Arias de Mozart et des Lieder de Schubert. Mais c’est seul que se présente d’abord le quatuor français pour une exécution du redoutable Quatuor en fa mineur op.95 de Ludwig van Beethoven. Sur le plan instrumental, tout s’avère parfaitement en place, avec un allegro con brio riche de densité, un allegretto ma non troppo intensément douloureux, un allegro assai fort éloquent et un finale très réussi, qui finit de délivrer tous les secrets poignants de l’œuvre.

Poignants, les quatre airs de Mozart délivrés ensuite par notre mezzo « nationale » le sont aussi ! Lorsque l’on regarde de plus près les morceaux choisis, l’on est d’abord surpris de remarquer que certains de ces airs sont habituellement chantés par des sopranos, mais comme Cecilia Bartoli l’a fait avant elle, Karine Deshayes nous prouve que chez Mozart, la distinction entre soprano et mezzo s’avère désuète lorsque la chanteuse dispose d’une voix longue et homogène, ne craignant ni graves ni aigus, ni saut de registre, comme c’est le cas avec elle (que l’on se remémore son Armida montpelliéraine en mars dernier, et plus récemment encore, toujours à Montpellier, son Elvira dans Les Puritains de Bellini). Avec sa technique sans faille, elle offre ainsi au public des vocalises précises dans « Alma grande e nobil core » (K. 578), avant de nous convaincre avec des piani superbement intériorisé dans l’air « Vado ma dove » (K. 583). Elle délivre aussi le plus célèbre « Voi che sapete » tiré des Noces de Figaro… en rendant palpables les affres d’un adolescent assoiffé d’amour !

Après l’entracte, les Debussy interprètent le deuxième mouvement du fameux Quatuor N°14 de Schubert, plus connu sous le nom de « La Jeune fille et la mort », de manière infiniment dramatique. Dans ce magnifique mouvement, on sent différentes pulsations, tantôt sérieuses, tantôt calmes, tantôt irrésistibles, et de leur exécution se transmet une ardeur qui va au-delà des notes, une sorte de combat entre la vie et la mort symbolisée par la musique… Retour ensuite de la star de la soirée, avec des Lieder de Schubert. Si on ne l’attend pas forcément dans l’univers intime et feutré du lied romantique, c’est cependant sans compter sur l’étourdissant pouvoir de coloration dont dispose la chanteuse, capable là encore de plier sa voix aux pianissimi les plus infimes et son bel instrument aux lignes cristallines des œuvres romantiques. L’on retiendra notamment le lied D. 957 « Ständchen », dont Deshayes distille toute la délicate sensualité. La précision et la justesse de l’accent conjuguées avec une parfaite prononciation de la langue de Goethe lui permettent des pianissimi soyeux et des aigus moelleux qui ne perdent jamais de leur pulpe.

Chaleureusement applaudie par une audience enthousiaste, elle offre en bis d’abord un autre lied de Schubert (« An Silvia »), avant de se lancer dans un poignant « Deh per questo » (extrait de La Clémence de Titus de Mozart) dans lequel elle parvient à exprimer toute la profondeur du désespoir mais aussi l’exaltation de l’amour et de l’amitié. Vivement de la réentendre, cela sera dans Dialogues des carmélites à La Monnaie de Bruxelles en décembre prochain !

Emmanuel Andrieu

Karine Deshayes en récital avec le Quatuor Debussy à l’Abbaye de Gellone, le 8 septembre 2017

Crédit photographique © Jaroslaw Praszkiewicz
 

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading