Espace chroniqueur

Laurent Vilarem

S_avatar

Vilarem

Laurent

France

Chroniqueur depuis le 26 mai 2016

Toutes ses chroniques . 54

Siegfried, nocturne de Jarrell à Nantes : fin de l’histoire

Laurent Vilarem

Créée en 2018 au Palais Garnier, Bérénice de Michael Jarrell avait déçu. La faute en incombait au compositeur suisse, qui allait contre le classicisme de la pièce de Racine au profit d’un expressionnisme gris et hérissé. Pour Siegfried, nocturne à l’Angers Nantes Opéra, Michael Jarrell retrouve des eaux plus familières, la culture germanique convenant a priori mieux au compositeur...


À l’Opéra-Comique, L’Inondation de Filidei : une création débo...

Laurent Vilarem

C’est émouvant de voir un chef d’œuvre naître sous ses yeux. Poursuivant l’héritage de Carmen et Pelléas et Mélisande, l’Opéra-Comique vient d’écrire une nouvelle page glorieuse de son histoire. Livret riche, spectacle haletant et musique somptueuse, L’Inondation de Francesco Filidei est incontestablement l’opéra en français le plus abouti depuis L’amour de loin de la...


Création à Bruxelles de Macbeth Underworld de Dusapin : nous i...

Laurent Vilarem

On annonçait un sulfureux Macbeth dans le monde des Enfers. Surprise à la Monnaie de Bruxelles : Macbeth Underworld est la partition la plus douce, la plus lumineuse et la plus accessible de Pascal Dusapin. Co-commande de l’institution belge et de l’Opéra-Comique, on sort du spectacle avec une seule envie : réécouter la musique du compositeur français au sommet de ses moyens. Par bonheur, on retrouvera cette production...


À Bruxelles, création du Silence des ombres d’Attahir : Belgi...

Laurent Vilarem

Il en fallait de l’audace à Benjamin Attahir pour créer Le Silence des ombres à Bruxelles ! La gageure relevait de l’improbable : à 30 ans, proposer un spectacle de 3h35 composé de trois pièces (Puccini ne s’y est risqué qu’à la fin de sa vie dans Le Triptyque) dans un univers, le théâtre de Materlinck, saturé de références historiques. Le résultat, harassant,...


À Genève, Einstein on the Beach de Philip Glass : une déceptio...

Laurent Vilarem

Einstein on the Beach au Grand Théâtre de Genève était l’un des spectacles les plus attendus de la saison. L’enjeu était énorme, non seulement pour l’institution helvétique puisqu’il s’agissait du premier spectacle de son nouveau directeur Aviel Cahn, mais également d’un point de vue musical car l’opéra de Philip Glass n’avait encore jamais été donné dans une...