Un Journal d'un disparu emprunt d'apparitions au TNP

Xl_dagboek-van-een-verdwenene__jan-versweyveld_01_33282167325_o

Parallèlement à La Belle au bois dormant que nous évoquions il y a peu, l’Opéra de Lyon s’associe également au TNP (Théâtre National Populaire) de Villeurbanne dans le cadre d’une autre production, bien différente de la première : Journal d’un disparu de Leoš Janáček. Un « opéra miniature » qui raconte en 22 chants comment un jeune homme tombe amoureux d’une jeune tzigane dénommée Zofka et comment, par amour pour elle, il accepte de quitter son village et de renoncer à ses racines. Il est alors aisé d’y voir un écho à l’amour impossible entre le compositeur et la muse de ses dernières années, Kamila Stösslová, ayant manifestement servi d'inspiration au metteur en scène Ivo van Hove.

Toutefois, une composition d’Annelies Van Parys se trouve ici mêlée à celle du compositeur tchèque afin de « casser la rapidité du rythme de la pièce » en « mettant en exergue le timbre des voix des femmes » (selon les notes du programme de salle). Un ajout qui, disons-le derechef, s’intègre parfaitement à l’ensemble interprété par les mains expertes de la pianiste Lada Valešová qui parvient à s’accorder tout au long de la soirée avec les voix de la scène, les accompagnant et les portant de même qu’elle le fait avec la partition.


Journal d’un disparu, TNP ; © Jan Versweyveld

Journal d’un disparu, TNP ; © Jan Versweyveld

La mise en scène d’Ivo van Hove transforme ainsi l’œuvre originelle qui n’est alors plus tout à fait la même, sans pour autant être totalement une autre : ajout de compositions, mais aussi ajout de textes, des extraits de la correspondance entre Janáček et Kamila, ainsi que transposition de l’histoire. Le héros n’est plus un jeune paysan mais un photographe de renom, basculant de la ville à la campagne. Difficile alors, il est vrai, de suivre l’histoire narrée, évoquant les plaines, bœufs et forets… avec ce qui se déroule sur scène, dans un appartement et une chambre noire. Certes, les lumières et le décor de Jan Versweyveld permettent une certaine projection dans la forêt lorsque l’éclairage passe à travers le plafond et les murs pour former un jeu d’ombres sur scène, mais l’écart entre le livret et la scène reste important et rend souvent difficile la compréhension de la mise en scène.
La présence d’un acteur (qui chante également), en la personne de Gijs Scholten van Aschat (qui n'est pas le comédien présent sur les photos de presse ci-contre) est elle aussi troublante. Si l’on pense, dans les premiers instants, qu’il est le héros devenu plus âgé, rentrant chez lui auprès de sa nouvelle épouse suite au décès de la première et se remémorant sa jeunesse et son premier amour, les interactions que les deux hommes finissent par rendre cette hypothèse improbable et l’on se perd alors entre image du double, image du père et parfois incompréhension. Si la réinterprétation est riche, avec les idées de reflet entre protagoniste et compositeur ou encore de révélation grâce à la photo, il manque, à notre sens, une cohérence globale entre tous ces différents éléments.

Peter Gijsbertsen, le ténor et héros, parvient à dompter la partition et à faire vivre le personnage du jeune homme tiraillé par son amour, son désir, sa culpabilité et le poids que représente le choix de tout abandonner afin d’assumer ses responsabilités. Pour sa part, Marie Hamard est une tzigane envoutante, parvenant à relever tous les défis de Janáček qui impose pourtant à sa voix de véritables loopings entre graves et aigus. Femme renfermée dans les premiers instants, elle se métamorphose dans ce second rôle et fait montre d’une belle présence scénique en plus d'une ligne de chant lumineuse et ambrée. N’oublions pas cependant les trois sopranos Trees Beckwé, Isabelle Jacques et Lisa Willems qui chantent depuis les coulisses, dans le froid (une panne de chauffage ayant eu lieu depuis la fin de matinée en ce jour de Première) et formant un duo très harmonieux.

Bien que la mise en scène ne soit pas forcément toujours très accessible à un large public, les voix et le travail de composition méritent de ne pas bouder cette production.

Elodie Martinez

Journal d’un disparu, au TNP jusqu’au 18 février 2018

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading