Vers un plan de sortie de confinement pour la culture

Xl_opera-deconfinement

Depuis maintenant plusieurs semaines, la France (comme la moitié de l’humanité) est confinée et les conséquences pour le monde de la culture sont lourdes : faute de pouvoir accueillir le public, les salles de spectacle sont les premières à avoir fermé leurs portes et seront sans doute parmi les dernières à les rouvrir (la quasi-totalité des maisons d’opéra ont baissé le rideau au moins jusqu’à la rentrée prochaine), les productions qui devaient être créées sont au mieux reportées, chamboulant des agendas prévus parfois des années à l’avance, les répétitions sont annulées et la situation des artistes désœuvrés est préoccupante (non seulement, ils ne touchent plus de cachets, mais ils ne cumulent plus non plus de droits pour alimenter leur statut d’intermittents).

Dans ce contexte très précaire, le monde de la culture dénonce le silence des pouvoirs publics et le peu de mesures de soutien spécifiques au secteur – quand parallèlement, les artistes se font de plus en plus entendre, que ce soit au travers de diffusions gratuites sur les plateformes en ligne (démontrant, s’il était besoin, l’appétit du public pour toujours plus de culture), mais aussi dans le cadre de lettres ouvertes (on pense à la tribune de Ludovic Tézier publiée dans le Figaro) ou de pétitions (initiée par exemple avec Jonas Kaufmann à destination des gouvernements européens) alertant sur la condition actuelle des artistes.

Sur les réseaux sociaux, ce samedi, le président Emmanuel Macron indiquait néanmoins aux artistes les avoir entendus : « L’État continuera de les accompagner, protègera les plus fragiles, soutiendra la création. L’avenir ne peut s’inventer sans votre pouvoir d’imagination ». Peut-être plus significatif et concret, le chef de l’Etat promet surtout pour mercredi l’annonce « des premières décisions » visant à accompagner le monde de la culture.

Mais quid des mesures susceptibles d'être annoncées ces prochains jours ? Le monde de la culture attend un scénario de sortie de confinement, tantôt pour les professionnels (permettant la reprise des répétitions et la réouverture des studios), tantôt pour le public (l'accueil dans les salles et sous quelles conditions), mais aussi des mesures de soutien à la fois pour les artistes et les producteurs. 
Et l'ensemble de ces mesures pourrait être inspiré par le rapport du Pr François Bricaire (infectiologue, membre de l’Académie de médecine et accessoirement amateurs de théâtre et d’opéra), remis au président de la République et au gouvernement ce vendredi – et dont le JDD rapporte les bons mots aujourd’hui. Réalisé après une trentaine d’auditions de représentants du monde de la culture, ce rapport de 29 pages intitulé « Propositions d’un processus de réouverture des lieux de spectacles, de tournages et de répétitions » s’attache à imaginer les mesures (notamment sanitaires) qui permettraient de rouvrir les salles de spectacles.

Selon le JDD, le rapport souligne l'importance de la culture aujourd'hui, tant pour le public qu'au regard des enjeux écnomiques, mais édicte aussi une série de recommandations qui permettraient de rouvrir les salles de spectacles : « un mètre cinquante ou deux sièges d’écart, en quinconce, dans les salles ; port du masque et lavage des mains au gel hydroalcoolique ; marquage au sol pour gérer les entrées et sorties des spectateurs ainsi que jusqu’aux toilettes ; distanciation des artistes ; suppression éventuelle des entractes, des vestiaires et des espaces de restauration ; aération de quinze minutes entre les séances ; nettoyage décontaminant des matériels ou instruments, etc. »

Toutes ces mesures n'ont pas vocation à s'appliquer uniformément, selon que les manifestations culturelles se tiennent dans des lieux clos ou en plein air, ou encore selon qu’elles accueillent ou non le public (pour les répétitions). De même, les auditions ont permis d’identifier des spécificités propres à chaque secteur : l’Opéra de Paris et l’Opéra de Lyon auraient par exemple exprimé leur attachement aux entractes du fait de la durée de leur production, ou encore de la difficulté de respecter les principes de distanciation sociale dans une fosse d’orchestre (des séparations entre les instrumentistes pourraient être envisagées) ou le cas très spécifique des instruments à vent susceptibles de propager le virus, de même que certains artistes se montrent peu enthousiastes à l’idée de jouer pour des spectateurs masqués...
Et au-delà des attentes des professionnels du secteur, il conviendra aussi de regagner la confiance des spectateurs, qui pourraient longtemps rechigner à retourner dans les salles de spectacles, même après que les mesures de confinement auront été officiellement levées. Dans cette optique, un « label » garantissant l’application des bonnes pratiques sanitaires pourrait être créé afin d'identifier les salles ou les événements sans risque sanitaire, à même de rassurer le public et les artistes.

Au-delà des recommandations (plus ou moins aisément applicables selon les configurations), on retiendra que les différents acteurs de la culture devraient être fixés sur leur sort ce mercredi 6 mai, dans le cadre des annonces spécifiques du chef de l’Etat.

Crédit photo : choeur de l'Opéra de Paris

| Imprimer

Commentaires

Loading