Saison 2016-17 du Théâtre des Champs Elysées : place aux jeunes

Xl_tce-saison-2016-17b

Comme nombre de ses homologues, le Théâtre des Champs Elysées présentait hier sa prochaine saison 2016-2017, avec la même diversité qui caractérise la maison parisienne, mais avec le souci de laisser une juste place aux « jeunes », que ce soit dans la salle pour sensibiliser la jeune génération à la musique et ainsi renouveler son public ; ou sur scène afin d’y accueillir les jeunes talents et poursuivre ainsi sa vocation de « découvreur » d’interprètes.

Avec cette ambition comme mot d’ordre, Michel Franck – le directeur général et artistique du Théâtre des Champs-Elysées, récemment renouvelé dans ses fonctions jusqu’en 2020 « parce que la continuité est aussi l’une des spécificités de la maison » – annonçait nombre de spectacles et notamment cinq productions d’opéras mis en scène.
En octobre, la saison 2016-2017 du TCE débutera ainsi avec la Norma mise en scène par Patrice Caurier et Mosche Leiser avec Cecilia Bartoli (créée au Festival de Salzbourg et maintenant en tournée mondiale) dont on sait qu’elle revient aux sources de la partition de Bellini avec un orchestre baroque – se démarquant donc de la production déjà proposée au TCE en décembre dernier avec Maria Agresta (dont Michel Franck annonce d'ores et déjà le retour dans l’établissement parisien au cours de la saison 2017-2018, dans Roberto Devereux, dans la mise en scène de David McVicar actuellement donnée au Met de New York ; tout comme Cecilia Bartoli qui interprétera une « œuvre baroque » non encore arrêtée en 2017). Et le Théâtre enchaine avec l’Opéra de Quat’sous, de Kurt Weill, dans la production de Robert Wilson (le « magicien de la lumière »), interprété par le Berliner Ensemble.
Nouvelle reprise en décembre prochain avec le Don Giovanni mis en scène par Stéphane Braunschweig (déjà donné en 2013), interprété par le Cercle de l'Harmonie confié à la baguette de Jérémie Rhorer. Si rôle de Leporello est de nouveau confié à Robert Gleadow (central dans la production, puisque c’est par ses yeux que l’on assiste à la dernière journée de Don Juan), le reste plateau vocal est très largement renouvelé et confié à la nouvelle génération d’interprètes, parmi lesquels Jean-Sébastien Bou dans le rôle-titre, aux côtés de Julie Boulianne, Julien Behr, Myrto Papatanasiu ou Anna Grevelius.
Le Théâtre des Champs-Elysées cultive par ailleurs une grande tradition baroque et à ce titre, la saison prochaine, l’établissement parisien proposera le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi, dans une nouvelle production signée Mariame Clément (pour « son sens du drame et de la fantaisie d’une œuvre invitant à se laisser aller au voyage »), et dirigée par Emmanuelle Haïm à la tête de son Concert d’Astrée, avec notamment Rolando Villazon et Magdalena Kožená, Katherine Watson et Kresimir Spicer ou encore Isabelle Druet et Anne-Catherine Gillet.
Et après l'Enfant et les sortilèges cette année, le Retour d’Ulysse est l’œuvre que le TCE a choisi d’inscrire à son programme éducatif la saison prochaine : chaque année, pour contribuer « à préparer le public de demain », le Théâtre des Champs-Elysées convie en effet en temps scolaire quelque 15 000 écoliers (préalablement préparés par leurs enseignants) à assister à l’une de ses productions et à ses répétitions. Compte tenu du goût du jeune public pour la mythologie, le TCE entend piquer leur curiosité grâce au sujet de cet Ulysse et plus encore capter leur attention avec la production d’un film d’animation (qui a vocation à être distribué au cinéma, à la télévision ou encore en DVD) retraçant la trame de l’œuvre et qui leur sera projeté au TCE, doublé en direct par les interprètes de la production. Une autre façon d'appréhender l'art lyrique et d'en dédramatiser l'approche.
Enfin, le TCE donnera une nouvelle production de Pelléas et Mélisande (qui n’avait plus été monté sur sa scène depuis 2007) avec Jean-Sébastien Bou et Patricia Petibon dans les rôles titres, dirigés par Louis Langrée. La production intrigue notamment pour sa mise en scène confiée au comédien, metteur en scène et scénographe Éric Ruf, qui entend restituer la dimension théâtrale de l’œuvre – le livret est celui de la pièce de Maeterlinck et Eric Ruf l’appréhende comme du « théâtre mis en musique », dans des décors qu’il signe et dont il a trouvé l'inspiration dans « l'architecture invraisemblable » de la base sous-marine de Lorient (le décor serait articulé autour d'un vaste bassin d'eau industriel). On sera curieux de découvrir cette vision de l'oeuvre en mai de l'année prochaine. 

Au-delà des opéras mis en scène, le Théâtre de Champs-Elysées annonce par ailleurs une vingtaine de productions d’opéras en version concert au cours de sa prochaine saison, comme autant d’occasions d’accueillir dans ses murs quelques-uns des grands noms de la scène lyrique ou d’assister à de nouvelles prises de rôles. En vrac et dans le désordre, on retient Jonas Kaufmann et Anja Harteros dans Andrea Chénier, Ludovic Tézier et Sondra Radvanovsky dans Simon Boccanegra, ou Alessandro Corbelli et Désirée Rancatore dans le plus rare Il signor Bruschino de Rossini.
Le répertoire français se veut aussi à l’honneur : Marie-Nicole Lemieux (une fidèle du théâtre parisien) y chantera sa première Carmen aux côtés notamment de la jeune et prometteuse Vannina Santoni dans le rôle de Michaela (qu’on entendra dans la même œuvre quelques semaines plus tard sur la scène de l’Opéra de Paris) ; Julie Fuchs, Florian Sempey et Cyrille Dubois seront réunis dans les Pêcheurs de Perles ; et on retrouvera notamment Véronique Gens et Marc Laho dans la rare Reine de Chypre, d'Halévy, dirigée par Hervé Niquet. Et les amateurs de baroques pourront retrouver notamment Joyce DiDonato dans Ariodante ou Marie-Nicole Lemieux et Karina Gauvin dans Rodelinda ou encore Amaya Dominguez et Samantha Louis-Jean dans l’Orlando Furioso de Vivaldi. Et c’est sans compter les récitals, de Cecilia Bartoli à Pretty Yende ou Aida Garifullina ; de Roberto Alagna à Juan-Diego Florez ou Philippe Jaroussky, entre autres.

Une saison riche, donc (malgré un peu nombre limité cette année d’opéras mis en scène, notamment pour des raisons budgétaires), qui promet néanmoins moult (re)découvertes tant de voix que d’œuvres. Les réservations en ligne et abonnements sont d'ores et déjà disponibles sur le site du Théâtre des Champs-Elysées, à cette adresse

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading