La saison 2014-2015 de l'Opéra de Monte-Carlo est en ligne

Xl_salle_garnier

L'Opéra de Monte-Carlo vient de mettre en ligne sa saison 2014-2015, et elle s'avère exceptionnelle, soigneusement et richement concotée par Jean-Louis Grinda, directeur général et artistique de l'institution monégasque. En plus de proposer des titres relativement rares, il a su – pour les défendre - engager quelques-uns des plus beaux gosiers de la planète.

L'ouverture de saison aura lieu le 24 novembre et réunira la soprano star Natalie Dessay et le contre-ténor Christophe Dumaux pour interpréter des airs et des duos tirés du chef d'oeuvre de Haendel Giulio Cesare. Le concert sera dirigé par Emmmanuelle Haïm qui sera accompagnée par son orchestre du Concert d'Astrée.

Le premier opéra de la saison sera donné dans le cadre de la fête nationale monégasque, du 16 au 22 novembre, et il s'agira de Roméo et Juliette de Gounod. Il sera mis en scène par le maître des lieux, dirigé par le talentueux chef français Laurent Campellone, et Paolo Fanale et Anne-Catherine Gillet interpréteront le couple d'amants maudits.

Le point fort de la saison sera certainement le titre d'après, le rare Guillaume Tell de Rossini, qui sera donné – du 22 au 31 janvier 2015 - dans sa version originale française. C'est également Jean-Louis Grinda qui signe cette nouvelle production dirigée par Gianluigi Gelmetti, directeur musical de l'excellent Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo. La distribution vocale est enthousiasmante : Celso Albelo (Arnold), Annick Massis (Mathilde), Nicola Alaimo (Tell), Julia Novikova (Jemmy), Nicolas Cavallier (Walter)...

La programmation se poursuit par une autre rareté, le superbe Tragédie Florentine d'Alexander von Zemlinsky, couplé ici avec le plus courant Pagliacci de Ruggero Leoncavallo (19 au 28 février). La régie sera confiée à Daniel Benoin pour le premier titre, Jean-Louis Grinda pour le second, et les deux ouvrages seront placés sous la battue du grand chef israélien Pinchas Steinberg. Zoran Todorovitch, Samuel Youn et Barbara Haveman défendront le premier ouvrage, Marcelo Alvarez, Maria José Siri et l'inusable Leo Nucci le second.

Pour cinq soirées, du 20 au 29 mars, la production maison (imaginée par Marguerite Borie) de Don Giovanni réunira une brochette de stars qui donne le tournis : Erwin Schrott (Don Giovanni), Patrizia Ciofi (Donna Anna), Sonya Yoncheva (Donna Elvira), Maxim Mironov (Don Ottavio), Adrian Sampetrean (Leporello)... Paolo Arrivabeni les dirigera.

Opéra qui n'a jamais été joué en Principauté, le sulfureux Lady Macbeth de Mzensk de Dimitri Chostakovitch investira la Salle Garnier, du 24 au 28 avril, dans une production signée Marcelo Lombardero provenant du Teatr Wielki de Poznan. Superbe Salomé in loco il y a trois ans, la soprano allemande Nicola Beller Carbone chantera le rôle de Katerina, tandis que Nikolaï Poutiline sera Boris, et Misha Didyk son amant Sergueï.

La saison se clôturera le 21 juin avec un must puisqu'avec une version de concert du magnifique Iolanta de Tchaïkovsky, avec rien moins qu'Anna Netrebko dans le rôle-titre !

Signalons également trois récital lyriques qui émailleront la saison monégasque : José Cura pour une « Soirée Argentine » le 2 décembre, Kwangchul Youn pour le cycle « Die Winterreise » de Schubert le 28 mars, et Diana Damrau pour un Gala de belcanto le 10 avril.

Laissons le mot de la fin à Jean-Louis Grinda qui, lors de la conférence de presse, s'est exprimé ainsi : « Dans une époque où la dérision semble l’emporter sur tout autre sentiment, la Principauté de Monaco envoie le message suivant : la beauté est au coeur de ses préoccupations ».

Plus d'informations sont disponibles sur le site officiel de l'Opéra de Monte-Carlo

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading