Alain Surrans nommé nouveau directeur d'Angers-Nantes Opéra

Xl_alain-surrans-2-615_jf-picaut

On le sait, l’actuel directeur de l’Opéra d’Angers-Nantes, Jean-Paul Davois, partira en retraite fin 2017 après 14 années passées à la tête de l'institution angevine. Il fallait donc trouver un digne successeur à la maison lyrique et le choix s’est finalement joué entre cinq candidats en lice : Bertrand Rossi, le directeur général adjoint de l'Opéra National du Rhin (secondant Marc Clémeur), Jérôme Gay, directeur adjoint de l’Opéra de Toulon, Charlotte Nessi, unique femme parmi les candidats, à la tête de l’ensemble Justiniana et du théâtre municipal de Vesoul, Olivier Morel-Maroger, directeur de France Musique entre 2011 et 2014 puis président d’Anima Cultura, et enfin Alain Surrans, directeur de l’Opéra de Rennes. C’est sur ce dernier que s’est porté le choix des pouvoirs publics.

Né en 1959 à Lille, Alain Surrans a déjà derrière lui de nombreuses années d’expériences lyriques : en plus d’être à la tête de l’Opéra de Rennes depuis 2005, il a participé à la mise en place du Festival de Lille et de l'association Ile-de-France Opéra et Ballet. En 2013, il était présenté comme le favori dans la course à la direction de l’Opéra-Orchestre national de Montpellier, au point que la décision prise dans le secret le 18 novembre concernant sa nomination a été assez largement divulguée dès le lendemain, notamment à la presse. Cependant, Alain Surrans a annoncé officiellement le 28 novembre qu’il préférait rester à son poste de Directeur général de l’Opéra de Rennes où il se plaisait beaucoup et où il pouvait monter assez librement des projets malgré un budget réduit (selon des propos tenus à l’époque dans « Ouest-France » par René Jouquand, l’adjoint à la culture à la mairie de Rennes).
Avant cela, le futur directeur d’Angers-Nantes Opéra avait fait un passage à Lyon où il a été responsable de la programmation de l'Auditorium et de l'Orchestre National de Lyon de 1994 à 1998, travaillant ainsi aux côtés du chef Emmanuel Krivine. Il collabore ensuite jusqu’en 2002 avec le Ministère de la Culture où il joue le rôle de conseiller et est élu président de la Chambre Professionnelle des Directions d'Opéra (CPDO) en 2011.

Durant ces dernières années à la tête de l’Opéra de Rennes, Alain Surrans a mis en place de nombreux projets, tels que la retransmission d’opéras en plein air, la délocalisation de productions dans la région, comme Cachafaz d’Oscar Strasnoy coproduit par la Scène Nationale de Quimper, le Théâtre National de Bretagne et l’Opéra de Rennes auxquels est venu s’ajouter plus tard l’Opéra Comique. Il a également mis en place des productions participatives et n’hésite pas à intégrer les nouvelles technologies comme par exemple des logiciels tels que « Opensimulator », le monde virtuel « Second Life » ou « Opéra bis ». Il s’agissait ici de mettre en place une maison d'opéra virtuelle conçue en 3D sur le modèle de l'Opéra de Rennes permettant aux internautes qui le souhaitent d'assister, via leur avatar, à des représentations et des concerts retransmis en ligne et en direct depuis cette maison d'opéra numérique.
Des projets qui font justement écho au cahier des charges mis en place à l’Opéra d’Angers-Nantes qui cherche à rajeunir son public, se rendre davantage accessible, aller à la rencontre du public, ou encore rapprocher les différentes maisons de la région.

Toutefois, cette nouvelle nomination d’Alain Surrans à la tête de cette maison amène une question : s'il succède à Jean-Paul Davois, qui va lui succéder à Rennes ?

| Imprimer

En savoir plus

Commentaires

Loading