Madame Butterfly - Madama Butterfly

Informations Description Extraits
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Giacomo Puccini
  • Librettiste :Giusepe Giacosa
  • Année de création :1904
  • Lieu de création :Italie
  • Nombre d'acte :3
  • Langue originale :Italien
  • Maison d'opéra de la production originale :Teatro alla Scala di Milano

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 Acte 3

En japonais, « papillon » se dit « Cio Cio San ». C’est d’ailleurs le prénom de l’héroïne de l’opéra, « Butterfly » étant le sobriquet que lui donne l’officier américain Pinkerton, son triste amant d’un soir. Dans une période – le début du XXème siècle – marquée par un engouement pour l’Extrême-Orient, Giacomo Puccini plonge avec délices et fébrilité dans la pièce de David Belasco, dont il impose quasiment le canevas dramatique à ses librettistes Giacosa et Illica. Homme de théâtre intuitif et perfectionniste, il veut doser le moindre mot, juger du meilleur effet qu’il fera. S’il glisse dans sa musique de discrètes allusions aux coutumes et au folklore japonais, Puccini brosse surtout un portrait féminin bouleversant de justesse et de sensibilité. Plus de cent ans après sa naissance, ce drame de l’amour et de l’attente reste l’un des opéras les plus populaires du répertoire, arrachant toujours les mêmes larmes aux spectateurs. « Ma Butterfly reste l’opéra le plus sincère et le plus expressif que j’aie jamais conçu » dit-il un jour. On le croit volontiers.

Résumé

L’action se déroule au Japon, dans la baie de Nagasaki, vers 1900. L’officier américain Pinkerton découvre sa future épouse Cio-Cio San – dite Madame Butterfly – geisha de quinze ans dont la famille réprouve le mariage. Sharpless, le consul des Etats-Unis, déconseille cette union à Pinkerton. Toutefois, le soir de leurs noces, Pinkerton embrase le cœur de la jeune fille, qui répond à son amour avec timidité avant de se donner ardemment à lui. Trois années passent. Rentré aux Etats-Unis, Pinkerton n’a donné aucune nouvelle à Butterfly, qui ne cesse d’attendre son retour, persuadé que l’officier viendra la retrouver… et découvrir l’enfant qu’elle a eu de lui. Sharpless, qui sait que Pinkerton a refait sa vie dans son pays et s’est marié, demande à Butterfly ce qu’elle ferait s’il ne revenait jamais. Elle se tuerait, répond la geisha. C’est le geste fatal qu’elle commettra en découvrant la vérité, lors du retour tardif mais tellement attendu de Pinkerton, venu chercher son enfant en compagnie de son épouse américaine.

Acte 1

Au Japon, près de Nagasaki, Goro, le marieur, fait visiter à l’officier américain Pinkerton sa nouvelle maison. Il lui présente Suzuki, la servante de sa future épouse. Sharpless, le consul des Etats-Unis, met en garde Pinkerton contre son union avec Cio-Cio San, jeune geisha de quinze ans qui rayonne de bonheur à l’idée de ce mariage.

Alors que les invités se rassemblent en vue du mariage, Butterfly montre à Pinkerton le sabre avec laquelle son père s’est fait hara-kiri. A l’issue de la cérémonie, le Bonze, son oncle, la renie. Choquée, la famille de Butterfly se retire. Un long duo d’amour réunit les nouveaux époux.

Acte 2

Trois années ont passé, Pinkerton est rentré depuis longtemps en Amérique, et Butterfly, sans nouvelles de lui, attend et attend encore. Elle est convaincue qu’il reviendra.

Extrait : « Un bel di vedremo »

Butterfly repousse les avances du riche prince Yamadori : elle est toujours mariée, dit-elle. Sharpless, qui sait bien que Pinkerton s’est entre temps marié aux Etats-Unis, tente de la raisonner. Lorsqu’il lui demande ce qu’elle ferait si Pinkerton ne revenait pas, Butterfly répond qu’elle se tuerait. Soudain, un coup de canon retentit dans le port pour saluer l’arrivée d’un navire. Butterfly reconnaît celui de Pinkerton ; elle fait répandre des pétales de fleurs dans toute la maison et se prépare pour l’accueillir dignement – et amoureusement.

Acte 3

Butterfly, qui a veillé toute la nuit, s’endort au moment où Pinkerton arrive avec Sharpless. En voyant les fleurs, Pinkerton est troublé et prend la fuite. En se lançant à sa recherche, Butterfly tombe sur sa nouvelle épouse : elle acceptera de lui confier son fils, à condition que Pinkerton en personne vienne le chercher. Une fois seule, Butterfly remet à l’enfant un drapeau américain, puis se fait hara kiri avec le sabre de son père, s’effondrant sous les yeux de Pinkerton tout juste revenu.

Pour aller plus loin

Giacomo Puccini considérait Madame Butterfly comme son opéra « le plus sincère et le plus expressif ». Il pouvait écouter sans se lasser cet ouvrage au triomphe duquel il a toujours cru malgré l’échec retentissant que lui réserva le public lors de sa première représentation à la Scala en 1904. L’histoire émouvante de la séduction, puis de l’abandon d’une jeune et naïve japonaise par un officier américain insouciant et égoïste inspire au compositeur une œuvre résolument novatrice. Devenue aujourd’hui aussi populaire que Tosca ou La Bohème, Madame Butterfly s’est imposée au terme d’une genèse complexe dont les différentes étapes nous éclairent sur la constante volonté de Puccini d’explorer de nouvelles perspectives dramatiques et musicales.
Lire la suite...

Extraits

Mode immersif

Commentaires

Loading