Les Amants magnifiques - Les Amants m...

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar

Informations générales

  • Compositeur :Jean Baptiste Lully
  • Librettiste :Jean-Baptiste Poquelin
  • Année de création :1670
  • Lieu de création :France
  • Nombre d'acte :5
  • Langue originale :Français
  • Maison d'opéra de la production originale :Château de Saint-Germain-en-Laye

Description de l'Œuvre

Description Acte 1 Acte 2 acte 3 Acte 4 Acte 5

Comédie en cinq actes « mêlée de musique et d’entrées de ballet », Les Amants magnifiques résultent d’une commande faite par Louis XIV à Molière (1622-1673) et Jean-Baptiste Lully (1632-1687) pour les festivités du carnaval de 1670. La collaboration entre les deux artistes avait commencé dès 1664 et elle se prolongera jusqu’en 1672.
Cette fructueuse complicité artistique permettra à Lully d’explorer les voies qui le conduiront vers l’opéra dont il fixera bientôt la formule avec Cadmus et Hermione (1673). L’inventivité du musicien alliée au talent du dramaturge donne naissance à un spectacle mêlant toutes les ressources de la scène, la « comédie-ballet » – dont  Les Amants magnifiques constituent une sorte d’apothéose.

Fait pour séduire en éblouissant, ce divertissement théâtral offre une grande diversité de formules. Dans l’atmosphère de poésie et de fantaisie de la pastorale, les scènes dansées succèdent aux scènes parlées. Au milieu des interventions chantées par des solistes ou des chœurs, la danse et la pantomime doivent permettre aux interprètes amateurs de se mêler aux professionnels. Louis XIV passionné par la danse devait danser lui-même sous le costume de Neptune, puis sous celui d’Apollon. Il y renoncera finalement dans un nouveau souci de dignité.
Le recours aux machines accroît encore la féérie d’un spectacle qui met lui-même en scène une succession de scènes censées être offertes par deux rois qui rivalisent pour gagner le cœur d’une princesse. Cette mise en abyme constitue un des attraits majeurs des Amants magnifiques.

Comme l’indique l’« Avant-Propos », c’est le Roi lui-même qui a choisi le sujet  très romanesque et conventionnel de ce spectacle, représenté pour la première fois devant la Cour à Saint-Germain, dans le cadre du Grand Divertissement royalLes Amants magnifiques qui nécessitaient une mise en scène fastueuse ne seront pas repris pour le public parisien. Publiée dans l’édition posthume des œuvres de Molière parue en 1682, cette comédie-ballet sera toutefois donnée par la troupe du Théâtre Guénégaud en 1688. Puis ce fut l’oubli. D’inutiles préventions ont conduit à distinguer des grandes comédies de Molière la comédie-ballet, mise à l’écart comme un genre hybride uniquement conçu pour contribuer aux divertissements de la cour. Dans ce type de spectacle, le texte a pour première fonction d’assurer l’union de l’action dramatique avec la musique et la danse. Mais Molière ajoute une touche de réalisme à cette comédie sentimentale pleine de délicatesse en y introduisant une critique de l’astrologie très en vogue à la cour. Chacun pouvait d’ailleurs à l’époque reconnaître dans le personnage d’Anaxarque Jean-Baptiste Morin, un influent astrologue passé maître dans l’art de s’attirer la faveur des plus grands.

Résumé

Dans une Grèce de convention mêlant la mythologie à l’idylle champêtre, deux rois rivalisent d’invention pour conquérir Eriphile en déployant pour elle et sa mère, les enchantements de fêtes fastueuses. C’est sans compter sur celui qui règne déjà sur son cœur, Sostrate, un courageux général dont le seul défaut est d’être sans naissance. Comment la fille de la Princesse Aristione pourrait-elle envisager une mésalliance ? Sostrate deviendra digne d’Eriphile en sauvant sa mère menacée par un féroce sanglier.

Acte 1

En Thessalie, dans la délicieuse vallée de Tempé, Sostrate promène sa mélancolie tandis que se déroule la somptueuse fête que le prince Iphicrate donne en l’honneur d’Eriphile et de sa mère Aristione. Sostrate ne peut cacher son amour pour la belle Eriphile tout en se désolant de ne pas pouvoir prétendre à sa main que se disputent deux princes par « mille et mille magnificences ». Mais Eriphile semble insensible aux efforts de ses deux prétendants, Timoclès et Iphicrate.  Aristione, la mère d’Eriphile, charge Sostrate de sonder le cœur de sa fille.

Acte 2

Clitidas plaide habilement auprès d’Eriphile la cause de Sostrate qui avoue à la jeune fille qu’il a été chargé de sonder son cœur. Eriphile demande à Sostrate de lui dire qui elle doit choisir entre Timoclès et Iphicrate. On vient convier la princesse à de nouvelles réjouissances ce qui dispense fort heureusement Sostrate d’avoir à lui donner une réponse. 

acte 3

On presse Eriphile de choisir entre ses deux prétendants. Aristione l’assure qu’elle  respectera ses sentiments. Sostrate est de nouveau érigé en juge. L’astrologue Anaxarque propose d’avoir recours à son art pour trancher la question. Une discussion s’engage sur les mérites de l’astrologie à laquelle Aristione fait toute confiance.

Acte 4

Aristione engage sa fille à lui parler à cœur ouvert. Vénus fait alors son apparition pour enjoindre Aristione de choisir pour gendre celui qui lui sauvera la vie. On découvre qu’Anaxarque est surtout préoccupé d’assurer sa fortune et celle de son fils en aidant Iphicrate dont les promesses sont plus alléchantes que celles de son rival. Une fausse embuscade doit permettre à Iphicrate de voler au secours d’Aristione pour respecter la prophétie de Vénus. La réussite de ce stratagème assurera le mariage d’Iphicrate avec Eriphile. Cette dernière confie à Sostrate qu’elle l’aime mais qu’elle ne peut l’épouser en raison de la différence de leur condition. Le jeune homme est désespéré.

Acte 5

Eriphile est en proie à une profonde tristesse quand Clitidas vient lui annoncer qu’elle peut épouser Sostrate, lequel vient de sauver sa mère de l’attaque d’un hideux sanglier. Le fourbe Anaxarque est démasqué et les deux princes qu’il a abusés avec de fausses promesses sont furieux contre lui. Iphicrate et Timoclès profèrent des menaces contre Aristione qui a préféré donner sa fille à Sostrate. La mère d’Eriphile leur accorde son pardon en invitant chacun à assister à la fête des jeux Pythiens.

Commentaires

Loading