Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny - MET (1979) - Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny - MET (1979)

Informations Description
Imprimer
Xl_avatar © Copyright all right reserved

Informations générales

  • Titre de la production :Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny - MET (1979)
  • Date de création :1979
  • Œuvre - Compositeur :Aufstieg und Fall der Stadt Mahagonny - Kurt Weill
  • Maison d'opéra :The Metropolitan Opera -

Description

Lulu, Mahagonny, Oedipus Rex… autant de productions marquantes du Met dans les années 1970 où le nouveau jeune directeur musical James Levine et son acolyte le metteur en scène anglais John Dexter à la production eurent l’occasion de bousculer un public new-yorkais parfois conservateur dans ses choix musicaux. Dans une ville où le pire des crimes est de ne pas avoir assez d’argent, Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny
se livre en effet à un dynamitage en règle du rêve américain. Du brûlot anticapitaliste de Brecht, Dexter tire une succession de tableaux aussi vivants et efficaces les uns que les autres et traduisant à merveille la nature hybride d’une œuvre où opéra, cabaret et music-hall font bon ménage. Difficile dans ces conditions de ne pas tomber dans les rets de la « ville-piège », entre le Jimmy poignant de Richard Cassilly, la veuve Begbick ironique à souhait d’une Astrid Varnay à contre-emploi de ses grands rôles wagnériens, et surtout la Jenny incandescente de Teresa Stratas, dont l’incarnation plus vraie que nature a été saluée par Lotte Lenya en personne.
Opéra en trois actes, livret de Bertolt Brecht. 

Avec Teresa Stratas (Jenny), Richard Cassilly (Jimmy
Mahoney), Astrid Varnay (Leocadia Begbick), Cornell
MacNeill (Trinity Moses), Ragnar Ulfung (Fatty), Paul
Plishka (Alaska Wolf Joe), Arturo Sergi (Jack). 

Opéra projeté à l'Auditorium du Louvre le samedi 21 décembre 2013 à 18h. Plus d'informations sont disponibles sur le site internet dédié à l'évènement.

Dates de représentations

01 janvier 1979 00:00:00

Commentaires

Loading